/world/pacificasia
Navigation

Taïwan ouvre un bureau commercial au Guyana

Coup d'oeil sur cet article

Taïwan a ouvert un bureau commercial au Guyana, ont annoncé jeudi des responsables taïwanais, un événement salué par les États-Unis au moment où l’île s’efforce de contenir les efforts de Pékin pour l’isoler sur la scène internationale.

Les autorités de Taipei ont dit avoir signé le mois dernier un accord avec le petit État d’Amérique du Sud pour ouvrir ce bureau. Cet accord n’implique pas de changement d’alliance diplomatique pour le Guyana, qui continue de reconnaître la Chine populaire comme seule représentante de la Chine.

«Ce jalon sera au bénéfice des deux partenaires et permettra de faire progresser la sécurité, les valeurs démocratiques et la prospérité dans la région», a déclaré sur Twitter Julie Chung, haut fonctionnaire au Département d’Etat américain.

«Des liens plus étroits avec Taïwan feront avancer la coopération et le développement du Guyana sur la base de valeurs démocratiques partagées, de transparence et du respect mutuel», a réagion côté dans un communiqué l’ambassade des États-Unis au Guyana.

Depuis l’arrivée au pouvoir à Taïwan en 2016 de la présidente Tsai Ing-wen, issue d’un parti considéré comme traditionnellement hostile par Pékin, la Chine populaire a multiplié les efforts pour isoler davantage l’île, d’un point devue diplomatique et commercial.

Seuls 15 pays reconnaissent encore officiellement Taïwan, qui est en revanche considéré par Pékin comme une province rebelle, appelée à rentrer dans le giron de la Chine populaire, si nécessaire par la force.

La Chine populaire s’applique en outre à tenir les autorités de l’île à l’écart des organisations internationales comme l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Dans ce contexte, toute tentative réussie de Taipei de développer ses relations avec d’autres pays est considérée comme un succès majeur par l’île et son plus grand allié -non officiel- les États-Unis.

L’été dernier, la république autoproclamée du Somaliland et Taïwan avaient ouvert des bureaux de représentation, un nouveau signe de rapprochement de ces deux territoires souverains de facto qui bénéficient d’une faible reconnaissance internationale. Une décision condamnée sans détour par le gouvernement de Chine populaire.

De son côté, Pékin est un allié proche du Venezuela, un pays qui a un différend frontalier séculaire avec le Guyana sur la région de l’Esequibo.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.