/opinion/columnists
Navigation

La bouffe au rendez-vous de l’événement le plus médiatisé

Coup d'oeil sur cet article

La finale du Super Bowl LV nous offrira cette année un affrontement de rêve. Un Tom Brady qui bat tous les records à 43 ans jouera à Tampa Bay, dans son propre stade, et fera face aux champions en titre, les Chiefs de Kansas City. 

Il y aura même un Québécois dans le match, comme l’an dernier, mais cette fois-ci pour les Buccaneers de Tampa Bay. À cause de la pandémie qui sévit, au cours de l’été dernier plusieurs craignaient que la NFL ne puisse commencer sa saison, et encore moins la terminer en présentant ce duel ultime. 

Un rendez-vous festif

Un contexte particulier sans fla-flas pour cette 55e dispute, mais les annonces publicitaires, le spectacle de la mi-temps et la nourriture se retrouveront tout de même au cœur des festivités de la grand-messe du football américain. 

Même les gens qui n’aiment pas ce sport aiment le Super Bowl, et selon toute vraisemblance, la grande majorité des téléspectateurs ne se privera pas du tout, COVID ou non.

Depuis déjà plusieurs semaines, presque tous les restaurants annoncent leur service de livraison. Les promotions pour la soirée du Super Bowl dans les supermarchés et sur les réseaux sociaux abondent. On croirait que la pandémie n’a jamais existé. 

Les ailes de poulet, les suggestions de recettes, les trempettes, les croustilles, même certains produits à base de protéines végétales font la une en magasin et un peu partout. Même si on réduira les portions puisqu’il y aura moins de monde devant l’écran, une véritable orgie de bouffe se prépare. Et pourquoi pas ? La dispute de la grande finale de football nous permet aussi de scinder l’hiver en deux et de passer à travers plus rapidement. 

C’est probablement l’un des seuls soirs de l’année où ne manger qu’avec ses doigts et bien les salir font partie de l’expérience. 

Pendant des années, les ailes de poulet constituaient l’aliment le plus populaire lors du Super Bowl, mais plus maintenant. Selon les données de DoorDash, les bâtonnets de mozzarella auraient gagné la préférence des amateurs de football. Sur cette même liste, après les bâtonnets et les ailes, on retrouve les nachos accompagnés de salsa, la salade César, la pizza au pepperoni, les cornichons frits, les biscuits aux pépites de chocolat, le steak au fromage Philly, les fameux « egg rolls » et les frites frisées. Mais ces résultats proviennent des États-Unis.

Particularismes 

Au Canada et au Québec, les applications numériques nous offrent un portrait un peu différent. Selon l’application reebee, les principaux aliments achetés par les Canadiens comprennent le bœuf haché, du fromage, des avocats, des nachos, de la poitrine de poulet désossée, des tomates et de la laitue romaine. 

Autrement dit, l’assiette de nachos garnis remporte la palme au pays. Au Québec plus particulièrement, les ailes de poulet demeurent extrêmement populaires malgré la tendance de vouloir opter pour autre chose, et cette année ne fera pas exception. Bien sûr, plusieurs Québécois préféreront certaines petites douceurs comme des fromages fins, des pâtés, des charcuteries et des crudités de fantaisie. 

Les plats « santé » seront sûrement boudés cette fois-ci encore. Avec la pandémie, peu de gens ont envie de penser au bien-être durant un match de football. Le contexte ne s’y prête pas. Allez-y donc gaiement et savourez quelques plaisirs coupables purement associés à cette soirée sportive tapageuse. Après tout, c’est la dernière chance pour tout le monde de gagner quelques kilos avant la saison des bikinis ! 

Il y aura encore suffisamment de temps pour perdre le surplus de poids pris pendant l’hiver. 

Alors, profitez-en !

Sylvain Charlebois, directeur du Laboratoire de sciences analytiques en agroalimentaire de l’Université Dalhousie