/sports/football
Navigation

Super Bowl LV: un duel épique en vue

Coup d'oeil sur cet article

Deux attaques qui roulent constamment la pédale au plancher. Deux défensives qui n’obtiennent pas la reconnaissance méritée, mais qui sont opportunistes à souhait. Deux des entraîneurs-chefs les plus audacieux de la NFL qui n’hésiteront jamais à prendre un risque calculé. Deux quarts-arrières en mission pour ajouter une couche de gloire à leur héritage personnel. Le 55e Super Bowl promet son lot d’intrigues fascinantes. 

• À lire aussi: Planifiez votre plan de match gourmand du restaurant

Si les Buccaneers l’emportent, la légende de Tom Brady prendra des proportions encore plus mythiques. Si les Chiefs triomphent, ce sera perçu comme la passation officielle du flambeau entre deux grands quarts.    

  • Écoutez l'entrevue de Stéphane Cadorette avec Jean-François Baril dans l'Anatnage Numériq sur QUB Radio:   

S’il est normal que les projecteurs soient tournés vers la plus importante position au football, les deux athlètes les plus scrutés de l’heure ne pourront gagner le match à eux seuls. Enfin, peut-être pas, mais rarement deux pivots ont exercé une telle influence sur les résultats de leur équipe.

Avant l’arrivée de Brady, les Buccaneers étaient bourrés de talent, mais perdaient saison après saison. Ils sont passés de 41 revirements en attaque à 17 en un an. Ils sont passés de 133 pénalités la saison dernière — le pire total de la ligue — à 84 cette saison. Le tout avec le même personnel d’entraîneurs, le même système et les mêmes joueurs.

La différence majeure, c’est le shérif Brady qui s’attend à la perfection et qui déteint sur le reste de la bande. Les « Bucs » n’ont rien perdu de leur
explosivité, mais sont infiniment plus disciplinés. Ça ne vous rappelle pas les Patriots de Brady et de Belichick ? Un joueur ne peut gagner tout seul à Tampa. Mais changer la culture, ça oui !         

  • Écoutez le balado La Zone payante ci-dessous:   

Quant aux Chiefs, ils ont joué une grande partie de la saison avec une ligne offensive rapiécée de bout en bout. Pour bien des équipes dotées d’un quart-arrière correct, c’est la mort subite. Patrick Mahomes n’a toutefois rien de correct. Ses indécentes prouesses athlétiques font presque oublier cette ligne qui tient avec de la broche. 

Chaque fois que les Chiefs cafouillent en début de rencontre et s’enlisent dans un déficit, rien n’est insurmontable. Parce que Mahomes transpire la confiance. Lui non plus ne fait pas tout à lui seul, mais la mentalité implacable de l’attaque, c’est Mahomes.

Quand Brady a le ballon

Pour attaquer Brady, les Chiefs miseront sur la confusion avec leurs demis défensifs, aussi polyvalents que sous-estimés. 

Le maraudeur Tyrann Mathieu sera le joueur clé. Il est parfois aligné en profondeur, mais torpille ensuite le milieu de terrain pour roder autour des ailiers rapprochés et des porteurs de ballon. Il pointe parfois à la ligne de mêlée avant de reculer ou plutôt de foncer au blitz. Brady a peut-être tout vu dans sa vie, mais si un joueur a le pouvoir de le confondre, c’est Mathieu.

Puis, il y a bien sûr le plaqueur Chris Jones et son acolyte Frank Clark à l’extrémité de la ligne défensive. Si les « Bucs » tentent de freiner Jones avec Aaron Stinnie, le pauvre garde catapulté dans la mêlée à cause d’une blessure va en baver. Avec le centre Ryan Jensen, toutefois, Brady devrait rester propre. Si la pression à quatre joueurs se rend au quart-arrière et que les Chiefs peuvent jouer à six demis défensifs en couverture, ils seront en voiture.

Les Buccaneers peuvent toujours courir avec le ballon pour contrôler le tempo. Les Chiefs font un boulot mitigé quand vient le temps de freiner la course. Ce n’est toutefois pas dans l’ADN de l’entraîneur-chef Bruce Arians d’exploiter cette facette et de s’y coller.

Quand Mahomes a le ballon

À l’attaque pour les Chiefs, la grande question réside donc au sein de la ligne offensive. Pas de Mitchell Schwartz. Pas de Eric Fisher. Pas de Kelechi
Osemele. Notre cher Laurent est quant à lui au front, mais dans un CHSLD.

Il ne faudra donc pas s’étonner si les Chiefs dégainent rapidement avec de courtes passes voilées en misant sur la vitesse de leurs receveurs pour gagner du terrain. Le jeu au sol risque d’être difficile, voire impossible à établir contre le front dominant de Tampa. Les éternelles motions des Chiefs, courses sur jeux renversés aux receveurs et autres gadgets sortis du cerveau en ébullition d’Andy Reid devront faire le travail.

Les membres de la tertiaire des « Bucs » sont adeptes du jeu physique et aiment déranger les receveurs près de la ligne de mêlée. C’est une chose de le faire contre des receveurs normalement constitués. C’en est une autre face aux missiles des Chiefs. Les Tyreek Hill, Mecole Hardman et Sammy Watkins abuseront d’eux s’ils sont trop agressifs et qu’ils les échappent d’une semelle à la ligne d’engagement. Pas un partant dans cette tertiaire n’a plus de trois ans d’expérience.

Et si on double les ailiers espacés explosifs, un certain Travis Kelce ne demandera pas mieux.

Et les champions...

Au-delà du jeu de Tom Brady, le salut des Buccaneers passe par Jason Pierre-Paul et Shaquil Barrett, deux joueurs défensifs destructeurs qui ont les atouts pour déranger Mahomes.

Sauf qu’entre déranger Mahomes et le clouer au plancher, il y a un monde de différences. Le quart des Chiefs est, actuellement, le meilleur joueur de la ligue quand l’enjeu est à son paroxysme et qu’il doit réaliser le jeu clé avec son bras ou ses jambes. Il transcende les X et les O dessinés en vain pour le neutraliser.

La seule chose qui est plus dangereuse que Mahomes pour exécuter un plan de match d’Andy Reid, c’est un plan de match que Reid a pu mijoter pendant deux semaines. Dans un duel enlevant, les Chiefs finiront sous une douche de confettis pour la deuxième année de suite. 

Nos experts se prononcent            

Denis Casavant 

TVA Sports            

  • Chiefs: 27           
  • Buccaneers: 31                      

Très difficile de miser contre Pat Mahomes, qui a subi seulement une défaite à ses 26 derniers départs, mais je vais le faire quand même. Depuis leur défaite face aux Chiefs à la fin de novembre, la défense des Buccaneers a été très solide, limitant l’adversaire à 20,6 points par match. En finale d’association contre les Packers, la défense du coordonnateur Todd Bowles a réussi cinq sacs et provoqué deux revirements. Ils doivent utiliser la même recette face aux Chiefs, qui seront privés du bloqueur à gauche Eric Fisher, une lourde perte. 

Jean Carrier 

Podcast La zone payante  

  • Chiefs: 31           
  • Buccaneers: 27                      

Le Super Bowl LV offre sur papier une confrontation rêvée. Deux formations avec des défensives coriaces et beaucoup de punch à l’attaque avec une pléiade de vedettes. Aucun joueur n’est cependant plus important que Patrick Mahomes. Le meilleur joueur de football du circuit Goodell aura le dessus sur le meilleur quart-arrière de l’histoire de la NFL en Tom Brady, et ce, malgré une ligne offensive appauvrie. Le jeune prodige prouvera à tous qu’il vaut bien le contrat le plus lucratif de l’histoire du sport professionnel qui lui a été accordé.  

Luc Grenier 

Dir. des sports Journal de Québec  

  • Chiefs: 28           
  • Buccaneers: 30                      

Mahomes vs Brady, l’élève surdoué face au maître, gagnant contre gagnant, c’est ça l’histoire du Super Bowl LV. Patrick Mahomes a tout pour lui : talent, âge, désir de vaincre. Il a les outils autour de lui pour gagner, pas de doute. Mais voilà, il affronte Tom Brady, qui lui a tout accompli, qui sait comment triompher dans les pires situations. Souvenez-vous de du miracle qu’il a réalisé face aux Falcons d’Atlanta il y a quelques années. Les Chiefs seront excellents, Mahomes sera brillant, mais à la fin, le roi de la montagne sera Tom Brady. 

Jean-Nicolas Gagné 

Podcast La zone payante  

  • Chiefs: 27           
  • Buccaneers: 34                      

L’histoire du Superbowl LV est déjà écrite : l’expérience contre la jeunesse, Tom Brady contre Patrick Mahomes, 43 ans contre 25 ans. Évidemment les deux quarts seront les vedettes de la plus grande scène du monde. Par contre, on oublie que c’est dans la tranchée qu’un match de football se joue parfois. Les autres « vieux » de la ligne défensive des « Bucs » comme Suh et Pierre-Paul sont affamés. Ils donneront du fil à retordre au front offensif des Chiefs, décimé par les blessures. Les Chiefs sont les champions en titre, favoris des preneurs au livre. La pression est sur eux. Dans ce contexte, l’expérience de la bande à Brady fera la différence et permettra à la fierté du Rouge et Or Antony Auclair de ramener le trophée Vince-Lombardi au Québec pour la deuxième année d’affilée.  

Denis Poissant 

Dir. des sports Journal de Montréal  

  • Chiefs: 37           
  • Buccaneers: 30                      

Comment parier contre Tom Brady ? Plusieurs l’ont fait depuis 20 ans pour ensuite le regretter. Pas pour rien que parmi nous, les opinions sont partagées. La clé, pour les Chiefs, sera d’exploiter à fond le jeu aérien en début de match pour se donner le coussin le plus confortable possible grâce au formidable instinct de Patrick Mahomes et du merveilleux coffre à outils à sa disposition. Car plus le match avancera, plus ce Brady sera redoutable. Mais la jeunesse l’emportera (et, oui, je vais peut-être regretter ce choix...). 

Charles-Antoine Sinotte 

TVA Sports            

  • Chiefs: 38           
  • Buccaneers: 34                      

Un des plus difficiles matchs du Super Bowl à prédire depuis longtemps. La rencontre va se jouer aux troisièmes essais. Les deux attaques vont dominer. Faudra donc voler une ou deux possessions à l’adversaire. On oublie que la ligne défensive des Chiefs compte deux « Pro Bowlers ». L’attaque des Chiefs est tout simplement inarrêtable. 

Ma prédiction   

  • Chiefs: 34           
  • Buccaneers: 30                      

La défensive des Buccaneers fait peur et pourrait devenir le véritable point tournant dans le match, comme elle l’a été durant les présentes séries. L’équipe a inscrit 41 points lors des trois derniers matchs éliminatoires, directement après des revirements provoqués par la défensive. C’est une force indéniable, mais les Chiefs protègent bien le ballon. Sur le plan du coaching, Andy Reid et Bruce Arians n’hésitent jamais à appuyer sur la gâchette, mais Reid est plus créatif. La vitesse des Chiefs va tuer.

Tom brady dans un club sélect  

Photo d'archives, AFP

Dans la longue histoire des sports professionnels d’équipe, seulement 24 athlètes ont eu l’occasion de prendre part à 10 matchs ou finales de championnat de leur ligue. Le quart-arrière des Buccaneers et ancien des Patriots Tom Brady s’ajoutera demain à cette illustre liste et deviendra le premier joueur de football depuis Otto Graham à réaliser l’exploit.

Clquez ce lien, afin de poursuivre votre lecture.

Les Chiefs en mission pour un doublé  

Photo d'archives, AFP

Même quand tous les bons ingrédients et les techniques adéquates sont en place, il est difficile de concocter une recette parfaite deux fois de suite. Les Chiefs ont beau être considérés comme favoris pour remporter le Super Bowl 55 depuis la minute qui a suivi leur couronnement il y a un an, il n’en demeure pas moins que le défi de répéter leur exploit s’annonce colossal.

Cliquez ce lien, afin de poursuivre votre lecture.

Les Chiefs gonflés à bloc en vue du Super Bowl LV  

Photo d'archives, AFP

Les Chiefs sont de retour au Super Bowl après leur triomphe d’il y a un an et entendent prouver qu’ils seront dominants pour les années à venir.

Cliquez ce lien, afin de poursuivre votre lecture.

Les Buccaneers de Tampa Bay, une équipe qui n'est pas à prendre à la légère  

Photo d'archives, AFP

Les Buccaneers sont devenus la première équipe qualifiée pour les séries à titre de « meilleure deuxième » à passer au Super Bowl depuis les Packers de 2010. Il ne faut pas les prendre à la légère pour autant. 

Cliquez ce lien, afin de poursuivre votre lecture.

Antony Auclair est complice avec Rob Gronkowski et Tom Brady jusqu’au Super Bowl  

Photo Getty Images

Parmi la poignée de joueurs québécois dans la NFL qui ont pris part au Super Bowl, Antony Auclair sera le seul à avoir partagé le vestiaire avec deux futurs membres du Temple de la renommée du football de la trempe de Tom Brady et Rob Gronkowski.

Cliquez ce lien, afin de poursuivre votre lecture.

Antony Auclair au Super Bowl: un exemple de persévérance et de travail acharné  

Photo courtoisie

Dans la vitrine où les dépisteurs de la NFL font leurs emplettes, Antony Auclair n’a jamais été le plus exposé. C’est plutôt à force de persévérance et de travail acharné qu’il s’apprête à devenir le sixième joueur natif du Québec à prendre part au Super Bowl et le troisième seulement au sein d’un alignement régulier. C’est un exploit remarquable pour l’ailier rapproché des Buccaneers, qui est l’artisan de son succès, aux yeux de ses anciens entraîneurs à différents niveaux dans le football québécois.

Cliquez ce lien, afin de poursuivre votre lecture.

Une grande fierté pour les proches d'Antony Auclair  

Photo Jean-François Racine

Dans un monde idéal, toute la famille d’Antony Auclair se retrouverait à Tampa pour souligner la rare présence d’un joueur québécois au Super Bowl. La pandémie en a voulu autrement, mais le contexte ne diminue en rien la fierté incommensurable que le clan tissé serré ressent à l’idée de retrouver l’un des siens au cœur de cet événement sportif grandiose.

Cliquez ce lien, afin de poursuivre votre lecture.

Super Bowl LV: de vieux gourous offensifs  

Photo d'archives, AFP

À une époque où c’est la cohue pour dénicher les plus jeunes génies offensifs novateurs, les deux entraîneurs en chef qui s’affrontent au Super Bowl pourraient être considérés par les mauvaises langues comme de petits vieux.

Cliquez ce lien, afin de poursuivre votre lecture.

Le « bateau de pirates » en chiffres  

Photo AFP

La NFL a pris l’habitude, dans les dernières années, de transporter des millions de téléspectateurs dans ses rutilants stades neufs, dignes de palaces pour la tenue du Super Bowl. Le Raymond James Stadium a été rénové dans les dernières années, mais ce qui fera sa particularité cette année, c’est que pour la première fois dans l’histoire du grand match, le stade est la demeure de l’une des deux équipes finalistes. Il faudra voir si l’avantage sera marqué pour les Buccaneers de Tampa Bay, dans ce qui est connu comme le « bateau de pirates ».

Cliquez ce lien, afin de poursuivre votre lecture.

55e Super Bowl: Faites vos jeux! 

Photos AFP

Les partys du Super Bowl s’annoncent tranquilles dans le contexte actuel, mais il y a toujours moyen d’épicer sa soirée autrement que par les traditionnelles ailes de poulet. Le Journal vous propose ce jeu-questionnaire, qui plaira autant aux néophytes qui découvrent la grand-messe du football américain qu’aux initiés de ce grand événement.

Cliquez ce lien, afin de poursuivre votre lecture.