/world/pacificasia
Navigation

Coronavirus: à Séoul, chats et chiens peuvent aussi être testés

Coronavirus: à Séoul, chats et chiens peuvent aussi être testés
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Séoul | Chats et chiens souffrant de fièvre, de toux ou de difficultés respiratoires peuvent être testés pour le coronavirus en Corée du Sud, s’ils ont été exposés à des personnes porteuses de la maladie, a annoncé lundi le gouvernement de l’agglomération de Séoul. 

Le lancement de ce programme intervient quelques semaines après l’annonce par le pays de son premier cas de contamination à la COVID-19 chez un animal, en l’occurrence un chaton.

«À partir d’aujourd’hui, le gouvernement de l’agglomération de Séoul proposera des tests pour le coronavirus aux chiens et aux chats domestiques», a déclaré aux journalistes une responsable de la prévention des maladies dans la capitale, Park Yoo-mi.

Seuls les animaux qui présentent des symptômes et qui ont été en contact avec des personnes déclarées positives pourront être testés.

Le test sera réalisé près du lieu de résidence de l’animal par une équipe incluant un vétérinaire, a précisé Mme Park.

Les animaux déclarés positifs devront être isolés à la maison pendant 14 jours. Mais si leurs maîtres ont le virus, ils seront placés dans des chenils ou des centres d’accueil spécialisés.

En Corée du Sud, les personnes déclarées positives sont généralement isolées dans des centres de quarantaine si leur état ne nécessite pas une hospitalisation.

Ailleurs dans le monde, plusieurs chats et chiens ont été déclarés positifs au coronavirus, lequel a tué plus de 2,3 millions d’humains.

Début janvier, deux gorilles du Zoo de San Diego, dans le sud de la Californie, ont été déclarés positifs au nouveau coronavirus et placés en quarantaine. Ils ont vraisemblablement été contaminés par un gardien malade qui ne présentait pas de symptômes.

De son côté, le Danemark vient d’achever son immense campagne d’abattage de près de 15 millions de visons, laquelle a été décidée pour combattre les risques de mutation du coronavirus chez l’animal.

Début novembre, le Danemark, premier exportateur mondial de peaux du petit mammifère, avait ordonné en urgence d’abattre la totalité des visons du royaume à cause d’une mutation du coronavirus qui pouvait, selon des études préliminaires, menacer l’efficacité du vaccin pour les humains.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.