/news/education
Navigation

Retour en classe pour des étudiants à Sherbrooke

Coup d'oeil sur cet article

Si le retour progressif des étudiants des cégeps et des universités sur les bancs d'école, amorcé lundi, se fait de façon graduelle, certains ont déjà pu mettre les pieds en classe pour la première fois de la session d'hiver. 

• À lire aussi: Fermeture d'un étage d'une école de Sherbrooke

Sur le campus de l’Université de Sherbrooke, plusieurs étudiants se sont dirigés lundi matin vers leur classe pour assister à leur premier cours en personne de la session. «Premier cours pour moi!» s’est exclamé un jeune. «Ça fait du bien de revenir et de revoir tout le monde.»

Une étudiante qui demeurait chez ses parents, à deux heures de route de Sherbrooke, est arrivée sur le campus essoufflée, mais contente. «Je n’ai pas vu le courriel vendredi, je l’ai lu ce matin! J’ai embarqué dans ma voiture, j’ai fait un court arrêt à mon appartement ici, à Sherbrooke, et là je m’en vais assister à mon cours en présence! J’en ai deux aujourd’hui, ça va faire du bien», a-t-elle dit.

Ce ne sont pas tous les étudiants qui reprendront leurs cours en présence cette semaine. Le plan de retour graduel de l’Université de Sherbrooke s’échelonnera jusqu’au retour de la semaine de relâche. «Il appartient à chaque faculté de déterminer, à l'intérieur de ces paramètres, la séquence et le rythme de cette reprise et d'en informer les étudiantes et étudiants», lit-on sur le site web de l’établissement.   

  • Écoutez l'entrevue avec Marie-France Bélanger, directrice générale du Cégep de Sherbrooke sur QUB radio    

 

À l’Université Bishop’s, les étudiants seront informés du plan de retour en classe au cours de la semaine.

Au cégep de Sherbrooke, avant même l’annonce de la ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann, déjà 25% des cours se donnaient en personne, et chaque élève pouvait se présenter sur le campus au moins une fois par semaine.

Néanmoins, cette gymnastique que doivent faire les étudiants n’est pas de tout repos.

«La gestion du temps a toujours été un défi pour les étudiants et ces temps-ci, avec les cours en présence et en ligne, c’est encore plus compliqué, a expliqué l’enseignante Marie-Josée Dubois. Les jeunes nous le disent et c’est pour cette raison qu’on a créé le projet Les Z'ailes de la réussite. Nous offrons des ateliers et des conférences afin de leur donner des outils».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.