/news/currentevents
Navigation

Couvre-feu: un Gatinois échoue à le faire invalider

Coup d'oeil sur cet article

Un Gatinois qui voulait faire invalider le couvre-feu afin de pratiquer la marche ou le jogging après 20 h a perdu sa cause, lundi.

« [La pandémie] oblige le gouvernement à adopter des mesures pour réduire les risques de propagation afin de protéger la vie et la santé de la population », a indiqué le juge Dominique Goulet, lundi, à Gatineau.

William Desrochers avait intenté son recours peu après l’imposition du couvre-feu, le 8 janvier, qui interdit à quiconque, sauf exception, de sortir de chez soi entre 20 h et 5 h. 

Or, l’homme de l’Outaouais, qui minimise la dangerosité du coronavirus, trouvait que la règle sanitaire était trop « large et draconienne ».

« Il avance également que cette mesure n’a aucun lien rationnel avec la protection de la santé de la population, ces activités [la marche, la course à pied et les balades en auto] n’impliquant aucun contact », a ajouté le magistrat.

Intérêt public

Sauf que même si la question soulevée par M. Desrochers est sérieuse, il n’a pas réussi à faire la preuve que le couvre-feu devait être suspendu. Au contraire, il était nécessaire de diminuer le nombre d’hospitalisations causées par la COVID-19, a dit le juge Goulet en se basant sur des experts de l’État.

« Il n’appartient pas au tribunal à ce stade de s’ériger en arbitre de l’opportunité d’une telle décision », a ajouté le juge.

Et même si M. Desrochers avait réussi à prouver que le couvre-feu lui causait un préjudice grave, l’intérêt public faisait pencher la balance en faveur de son maintien, a-t-il conclu.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.