/en5minutes
Navigation

Intuber dans une boîte

Intuber dans une boîte

Coup d'oeil sur cet article

COVID-19 : Intuber dans une boîte  

Une équipe de scientifiques québécois a conçu un boîtier de plastique visant à protéger le personnel soignant des patients alités qui sont atteints de la COVID-19. Tout le monde génère des aérosols qui peuvent contenir un ou des virus. Dans les hôpitaux, lorsqu’un patient se fait intuber, il en produit de grandes quantités et il est difficile de bien protéger le personnel médical autour. En collaboration avec l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et l’École de technologie supérieure, l’équipe du professeur Frédérick Gosselin de Polytechnique Montréal réfléchit depuis plusieurs mois à une façon d’intuber sans danger.

La boîte «mime» la pression négative  

L’air d’une chambre à pression négative est renouvelé en permanence et la pression y est inférieure au reste du bâtiment pour que si un virus s’y trouve, il ne se propage pas. Voici comment fonctionne la boîte actuellement développée par l’équipe de scientifiques québécois. 

  1.   Le patient masqué s’installe sur la table et on met la boîte sur lui. On lui enlève son masque, car la boîte devient l’élément de protection. 
  2. L'entonnoir sur le dessus de la boîte est relié à une aspiration d'air et une machine pompe les aérosols qui sortent de la bouche du patient.  
  3. On endort le patient et les trous dans lesquels des gants sont attachés permettent d’effectuer la procédure d'intubation. 
  4. Un appareil calcule la concentration d'aérosols dans la boîte et permet de savoir à quel moment on peut retirer la boîte sécuritairement.   

La condensation qu’on expire en hiver: des aérosols   

Même si on perçoit le nuage de condensation devant nos bouches seulement en hiver, ce nuage d’aérosols est présent en tout temps 12 mois par année!  

  • Le nuage est rempli de millions de microgouttelettes qui contiennent toutes sortes de choses, dont des virus.    
  • Les microgouttelettes, contrairement aux gouttelettes, flottent dans l’air au lieu de tomber au sol.     
  • Elles peuvent atteindre un diamètre de 100 micromètres. Les microgouttelettes de coronavirus mesure environ 0,125 micromètre.        

Protéger le personnel médical  

Selon Dr Robert Urbanowicz du Département d’anesthésiologie et réanimation de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, «l’intubation génère énormément d'aérosols donc l’anesthésiste, en ce moment, porte un ensemble de protection physique très complet qui recouvre le corps, les yeux, la bouche et la tête.»

Chaque jour, les experts en vulgarisation d'En 5 minutes proposent un format audio inspiré de la page publiée dans Le Journal.