/news/currentevents
Navigation

Montréal: une hausse des fusillades qui inquiète

Coup d'oeil sur cet article

La recrudescence des fusillades dans l’est de Montréal inquiète des intervenants du milieu, qui sont alarmés de voir autant d’armes à feu circulant sur le territoire.

• À lire aussi: Coups de feu à profusion dans l’Est de Montréal

• À lire aussi: Une ado sans histoire tuée par balles dans Saint-Léonard

« Ce que je trouve très préoccupant, c’est l’âge des personnes qui sont en cause. Quand on parle d’une jeune fille de 15 ans... c’est vraiment dramatique et inquiétant », se désole la présidente de l’Ordre professionnel des criminologues du Québec, Michèle Goyette. 

« Tout le monde a peur. Et c’est cette même peur qui pousse certains jeunes à s’armer, donc c’est un cercle vicieux. Il y a une banalisation de la violence. Trouver des solutions adéquates, ça passe par le contact sur le terrain », croit le coordonnateur de l’organisme Café-Jeunesse multiculturel Slim Hammami.

Prévention

Or, plusieurs ressources ne sont plus nécessairement offertes à cause de la pandémie, et le manque de reconnaissance peut mener les jeunes vers les gangs de rue, fait remarquer Mme Goyette. 

« Un des très bons moyens de prévention contre l’adhésion aux gangs, c’est d’avoir des loisirs organisés et du succès dans autre chose que la délinquance », poursuit-elle. 

La ministre responsable de la Métropole et ancienne mairesse de Rivière-des-Prairies, Chantal Rouleau, s’est dite « particulièrement préoccupée par les actes de violence des derniers jours ».  

« Ça prend un plan d’urgence, ça n’a pas de bon sens. 34 fusillades en peu de temps, dont une encore aujourd’hui, c’est tragique et il faut que ça cesse. Des gestes très concrets vont être posés », a-t-elle déclaré à QUB radio.

  • Écoutez la ministre responsable de la région de Montréal, Chantal Rouleau, avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:  

Elle a indiqué avoir créé un comité pour « éviter que les plus jeunes soient tentés par le chemin de la criminalité ». 

« Il faut continuer d’assurer aussi une présence des organismes communautaires avec des programmes mieux adaptés », a réagi hier la mairesse Valérie Plante, qui estime que les policiers sont « déjà très présents » pour lutter contre le trafic d’armes. 

– Avec Erika Aubin