/misc
Navigation

Pour la Saint-Valentin, n’oubliez pas d’aimer votre restaurant préféré!

Coup d'oeil sur cet article

Les pires moments de l’année pour aller au restaurant sont normalement lors de la fête des Mères et, bien sûr, à la Saint-Valentin. Les restaurants haussent leurs prix de 20% en moyenne, et le service est lent, très lent. Malgré cela, durant une année normale, plus de 40% d’entre nous projettent de commander d’un restaurant ou de faire une sortie pour la Saint-Valentin. Les restaurateurs vident nos poches pendant que nous nous occupons de maman ou de notre amoureux! Un souper de Saint-Valentin pour deux coûte facilement autour de 150 dollars, et nous sommes tous complaisants. Quand l’amour est dans l’air, les gâteries n’ont pas de prix.

Pandémie oblige, en revanche, la Saint-Valentin sera différente cette année. Pour la plupart d’entre nous, elle se passera à la maison, un dimanche soir. Lorsque la fête tombe un week-end, elle rapporte beaucoup au secteur des services alimentaires. Mais les attentes sont plus modestes, cette fois-ci. 

Notre laboratoire de recherche estime que les Canadiens dépenseront plus de trois milliards de dollars pour la Saint-Valentin cette année, malgré la pandémie. Toutefois, cette somme est environ 20% inférieure à celle de l’an dernier. En ce qui concerne les sorties, ce sont les membres de la génération X qui dépenseront le plus pour la Saint-Valentin (environ 190 dollars), suivis de la génération Z, les plus jeunes, avec 125 dollars. Les milléniaux, quant à eux, dépenseront un peu moins, c’est-à-dire près de 121 dollars. Les baby-boomers resteront plus tranquilles et dépenseront à peine 80 dollars en moyenne dans les restaurants.

La Saint-Valentin est un moment opportun pour nous rappeler les choses essentielles dans notre vie. La pandémie n’a pas été facile pour personne. Certains experts prévoyaient une augmentation du taux de natalité, en raison du confinement. C’est tout le contraire qui s’est produit. Partout en Occident, pendant que les taux de natalité ont diminué, les taux de divorce, eux, ont augmenté. Du moins, c’est le cas aux États-Unis. En décembre dernier, soit neuf mois après le début du grand confinement, les taux de natalité étaient en baisse de 8% en Floride, de 5% en Arizona et de 7% en Ohio par rapport à l’année précédente. Aucune donnée n’est disponible jusqu’à présent pour le Canada. Et depuis le mois de mars dernier, le taux de divorce a augmenté. Certaines firmes d’avocats disent même avoir reçu 40% plus d’appels de couples cherchant à mettre fin à leur mariage depuis le début de la pandémie. C’est énorme.

Alors, en fin de semaine, en dépit de la folie de la pandémie, offrez-vous un vaccin, le vaccin contre les séparations et les divorces: du temps avec votre amoureux ou votre amoureuse, ou encore avec ceux que vous aimez, en personne ou virtuellement, peu importe. Prenez le temps d’encourager votre restaurant favori en vous faisant livrer un bon repas à la maison. La dégustation d’un succulent repas, loin des foules, ça n’a pas de prix. Un délicieux souper, des chandelles, et un feu de foyer peut-être?

Les restaurateurs en ont grandement besoin.