/news/currentevents
Navigation

Une ado sans histoire tuée par balles dans Saint-Léonard

La famille de la jeune Algérienne avait choisi le Canada pour sa tranquillité

FD-MEURTRE-SAINT-LEONARD
Photo Agence QMI, Maxime Deland Des policiers de Montréal poursuivaient leur enquête hier dans l’arrondissement de Saint-Léonard.

Coup d'oeil sur cet article

Une adolescente sans histoire ayant quitté l’Algérie pour étudier paisiblement ici est tombée sous les balles dimanche soir, devenant une autre victime innocente des fusillades qui ne cessent de se multiplier à Montréal.

• À lire aussi: Montréal: une hausse des fusillades qui inquiète

• À lire aussi: Coups de feu à profusion dans l’Est de Montréal

« On avait choisi le Canada pour sa tranquillité. On ne peut pas fuir son destin », laisse tomber le beau-frère de Meriem Boundaoui, 15 ans. 

La jeune Algérienne vivait avec sa sœur, le conjoint de celle-ci ainsi que leurs trois enfants dans un petit bungalow de la Rive-Sud. Elle avait quitté son pays natal, où vivent toujours ses parents, il y a environ deux ans. 

  • Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau sur QUB radio:  

L’attaque nébuleuse est survenue dimanche soir, rue Valdombre, dans l’arrondissement de Saint-Léonard. 

La victime, qui aurait été atteinte à la tête selon nos informations, se trouvait dans une voiture grise en compagnie d’un homme et ils discutaient avec trois autres personnes sur le trottoir lorsque deux suspects masqués dans un véhicule se seraient approchés d’eux et auraient ouvert le feu à plusieurs reprises, avant de s’enfuir. 

Nous ne connaissons pas les liens qui unissent ces personnes.

Cinq balles ont été tirées sur cette voiture dimanche soir, tuant une adolescente.
Capture d'écran, TVA Nouvelles
Cinq balles ont été tirées sur cette voiture dimanche soir, tuant une adolescente.

Rare visite à Montréal

Le beau-frère de Meriem Boundaoui, qui souhaite demeurer anonyme, est persuadé qu’elle a été ciblée par erreur. Elle n’avait aucune relation douteuse, selon lui.

« Elle n’avait même pas l’habitude d’aller à Montréal. Je ne comprends pas comment ç’a pu arriver. Ce sont toujours les innocents qui paient », dit-il avec la larme à l’œil.  

Voyant que l’adolescente n’était pas rentrée avant le couvre-feu mis en place pour freiner la pandémie, sa sœur avait contacté les policiers dimanche soir.

  • Écoutez la ministre responsable de la région de Montréal, Chantal Rouleau, avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Son beau-frère la décrit comme une élève du secondaire brillante et remplie d’ambition. 

« Elle avait eu un 100 % la semaine dernière. Elle était contente. Elle voulait poursuivre des études pour [avoir] un travail avec un bel avenir », souligne-t-il.

Les enquêteurs récoltaient des indices sur les lieux du crime, hier.
Photo Agence QMI, Maxime Deland
Les enquêteurs récoltaient des indices sur les lieux du crime, hier.

Cinq projectiles

La petite voiture à bord de laquelle se trouvait la victime a été criblée d’au moins cinq balles : trois tirées dans la fenêtre du conducteur, une dans le pare-brise et une autre qui a transpercé la carrosserie de la portière avant gauche. 

Le conducteur n’a pas été touché, mais un jeune homme de 21 ans sur le trottoir a lui aussi été grièvement blessé. Les suspects étaient toujours au large hier soir.

– Avec Maxime Deland, Agence QMI