/news/currentevents
Navigation

Perquisition à L’Ancienne-Lorette: une remise en liberté qui dérange certains voisins

L’accusé Karl Maheux avait plusieurs armes illégales et bombes artisanales chez lui

Coup d'oeil sur cet article

Des citoyens de L’Ancienne-Lorette, qui demeurent à proximité de la résidence de Karl Maheux, étaient sous le choc au lendemain de la libération de l’homme arrêté par la GRC pour possession d’armes prohibées et de bombes artisanales.

• À lire aussi: [EN IMAGES] Perquisition majeure de la GRC: un véritable arsenal de guerre saisi à L'Ancienne-Lorette

Certains se demandent pourquoi l’individu est toujours en liberté en attendant son retour en cour le 19 mars.

Lors de la perquisition, les autorités ont notamment saisi du nitrate de potassium, une substance qui peut servir à fabriquer des explosifs.

Un des deux fusils de gros calibre saisis par la GRC lors de la perquisition effectuée au domicile de Karl Maheux, vendredi, à L’Ancienne-Lorette.
Photo courtoisie, grc
Un des deux fusils de gros calibre saisis par la GRC lors de la perquisition effectuée au domicile de Karl Maheux, vendredi, à L’Ancienne-Lorette.

«Je ne me sens pas en sécurité», laisse tomber une dame qui a préféré taire son nom. Cette dernière a plusieurs enfants à sa charge, ce qui l’inquiète davantage.

«Le plus inquiétant, ce serait que lui soit encore là, à sa résidence», poursuit-elle.

«J’espère que vous le direz que ça n’a pas d’allure», lance une autre femme, qui a également préféré garder l’anonymat. Elle craint également que l’homme puisse regagner sa résidence. Mardi soir, les deux unités du duplex étaient visiblement occupées.

Un voisin père de famille fait toutefois confiance aux autorités. «S’il y avait du danger, je ne pense pas qu’il serait là. Par contre, ça démontre la facilité de se procurer du matériel interdit.»

La GRC a également saisi cinq pistolets, dont celui-ci.
Photo courtoisie, grc
La GRC a également saisi cinq pistolets, dont celui-ci.

Une exception

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a rappelé que le maintien en détention d’un individu est une exception durant les procédures judiciaires.

«À la lumière des renseignements qui étaient disponibles et présentés par les enquêteurs, M. Maheux pouvait effectivement être remis en liberté, moyennant le respect de certaines conditions», indique Me Audrey Roy-Cloutier, porte-parole au DPCP.

Elle n’a toutefois pas été en mesure de préciser les conditions auxquelles doit se soumettre M. Maheux. La défense n’a pas répondu aux questions.

Des connaissances de M. Maheux étaient surprises d’entendre qu’il avait été arrêté, et, surtout, les raisons qui ont mené à son arrestation. Il est décrit comme un homme tranquille et sans histoire. Ses motivations restent donc floues.

Selon une source, M. Maheux est natif de Boischatel. Selon une autre, il aurait récemment tenté de mettre sur pied un site internet de vente d’articles de chasse et de pêche.

Dans une publication Facebook qui a été retirée, Karl Maheux demande si le club de tir Beauséjour, sur la Rive-Sud de Québec, «permet de tirer avec une arme prohibée classée 12-5». 

Une des rares photos de Karl Maheux, un ancien pompier volontaire de Shannon, qui travaillait jusqu’à récemment pour une entreprise située sur le site de l’aéroport de Québec.
Capture d’écran
Une des rares photos de Karl Maheux, un ancien pompier volontaire de Shannon, qui travaillait jusqu’à récemment pour une entreprise située sur le site de l’aéroport de Québec.

Renseignements protégés

Karl Maheux a déjà été pompier volontaire à Shannon entre 2015 et 2018. La municipalité n’a pas explicité les raisons de son départ.

Le Programme canadien des armes à feu ne peut pas dévoiler si un individu possède un permis de possession d’armes, cela afin de protéger les renseignements personnels de ses clients.

«Nous ne diffusons aucune information sur des personnes ou des dossiers particuliers au public», mentionne la caporale Caroline Duval, de la GRC.

— Avec la collaboration de Jean-François Racine