/news/currentevents
Navigation

L’escouade spéciale toujours pas au travail

commandant David Bertrand SPVM
Photo courtoisie David Bertrand. Inspecteur SPVM

Coup d'oeil sur cet article

Plus de sept semaines après l’annonce de sa création, l’équipe spéciale censée faire la guerre au trafic d’armes à feu à Montréal n’a toujours pas amorcé son travail, alors que les fusillades continuent d’éclater dans le nord-est de la ville.

Dans la foulée d’une « hausse atypique » d’événements violents par armes à feu, cette annonce conjointe de la mairesse Valérie Plante et du directeur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) Sylvain Caron semble avoir été précipitée, à l’approche de la période des Fêtes. 

On avait alors promis que l’équipe de lutte contre le trafic d’armes (ELTA) serait en vigueur vers la fin janvier, alors que 20 policiers devraient la composer.

« Ça va être formé dans les prochains jours. On est présentement en recrutement, ça se termine cette semaine. Après, l’escouade va être mise en place », a assuré au Journal l’inspecteur David Bertrand, dans une entrevue accordée après les récents crimes, qui suscitent l’inquiétude dans la population. 

Plus d’armes en circulation

Si elle se fait attendre, cette escouade ne manquera toutefois pas d’ouvrage, alors que la police montréalaise s’inquiète du fait qu’il y aurait davantage d’armes dans nos rues, sans avoir de données précises. 

« C’est difficile à confirmer. Ça reste une criminalité cachée, a expliqué l’inspecteur Bertrand. Malgré ça, on croit qu’il y a plus d’armes à feu en circulation et que c’est plus facile d’en obtenir une présentement. »

Mais l’augmentation des événements impliquant ce type d’armes vient appuyer cette impression, alors que le SPVM a recensé 443 crimes contre la personne avec arme à feu en 2020, contre 383 en 2019. 

« Ville très sécuritaire »

Malgré cette recrudescence, la police veut se faire rassurante, disant mettre « les bouchées doubles » pour s’attaquer au phénomène.

« Montréal demeure une ville très sécuritaire lorsqu’on compare avec la criminalité des autres grandes villes », a rappelé David Bertrand. 

La présence policière a été augmentée dans le nord-est de l’île, où la majorité des événements se sont produits. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.