/misc
Navigation

Privatiser la vieillesse nous a menés en enfer

Coup d'oeil sur cet article

Les cas de négligence à la résidence pour aînés Manoir Liverpool de Lévis ; les patients atteints de Covid laissés pour morts au CHSLD privé Herron, j’ai peine à croire qu’on parle du Québec.

Fiasco dans les résidences et CHSLD privés

Pourquoi 10 000 morts, 50 % des morts au Canada ? Ce n’est pas la seule raison, mais il est temps de mettre en cause le fiasco du système de places sous-traitées aux établissements privés, favorisé sous le règne libéral. 

Un règne de quinze ans à déconstruire le système public au profit du privé qui, lui, en plus d’exploiter une majorité de femmes immigrantes au salaire minimum, a permis de nombreuses négligences.

Genèse du système

Remontons aux années 2000. 

Le gouvernement de Jean Charest, engagé dans la réingénierie de l’État, coupe dans tous les ministères. Dans leur logique, les services publics ne sont pas efficaces, il vaut mieux sous-traiter au privé. Économie d’argent, garantie de service de qualité et fin des listes d’attente. Magie. Ben oui, toi chose.

Philippe Couillard annonce la coupure de milliers de lits pour les personnes en perte d’autonomie et nécessitant des soins importants dans les CHSLD publics du Québec. Surréel. Fermer des lits alors qu’au même moment, juste à Montréal, 3500 personnes sont sur des listes d’attente et qu’on parle déjà du vieillissement de la population.

Dans les mêmes années, éclate le scandale des CPE, où n’importe qui et sa sœur peuvent ouvrir une garderie. La vision libérale autorise donc les mêmes dérives pour nos aînés. Dans les deux cas, le gouvernement loue au privé des places pour les bambins ou des lits pour les aînés. Plus de profits et salaires minables à des employés forcément moins qualifiés. De combien de Manoir Liverpool ou de Herron aura-t-on besoin pour ramener les soins de nos parents et grands-parents dans le giron public, comme on a commencé à le faire pour les CPE ?