/news/education
Navigation

Le taux d’échec moins pire qu’anticipé, selon Roberge

Le quart des jeunes de 3e et 4e secondaire ont échoué en mathématique

Coup d'oeil sur cet article

Malgré une hausse du taux d’échec au secondaire, le ministre Jean-François Roberge est rassuré par le premier bulletin des élèves québécois, en cette année scolaire perturbée par la pandémie. Mais attention, les jeunes de la cohorte 2020-2021 n’auront pas acquis autant de connaissances que les cuvées précédentes.

« Ce n’est pas la catastrophe annoncée », a laissé tomber mercredi le ministre de l’Éducation, à l’occasion du dévoilement d’un sondage réalisé auprès de 241 écoles du Québec. En novembre dernier, les directions d’école anticipaient un taux d’échec de 30 % au secondaire.

Si la réussite des écoliers du primaire est sensiblement la même que l’an dernier, force est de constater que l’épidémie de COVID-19 a eu davantage d’impact sur les résultats scolaires des adolescents, notamment ceux qui ne fréquentent l’école en personne qu’une journée sur deux.

Le quart des jeunes de 3e et 4e secondaire ont échoué en mathématique. Il s’agit d’une augmentation de trois à quatre points de pourcentage par rapport à l’année précédente. On note aussi une hausse des échecs en français et en sciences.

Pourtant, le programme imposé cette année aux élèves est allégé dans bien des classes parce que les enseignants ont jugé bon se concentrer sur l’essentiel. 

Le ministre Roberge a admis que les cohortes 2020-2021 « n’auront pas les mêmes acquis » que celles des années précédentes.

Puisqu’il n’est pas question pour le moment d’envisager un retour à temps plein des élèves du deuxième cycle du secondaire en classe en raison de la situation épidémiologique, Jean-François Roberge compte sur le tutorat pour aider les adolescents qui en arrachent.

Une banque d’enseignants chargés d’accompagner les jeunes en difficulté a été mise sur pied. « On laisse aux équipes-écoles puis aux enseignants le soin de choisir les élèves qui en ont davantage besoin et les matières sur lesquelles on va insister. »

La pondération des bulletins a également été ajustée. Le premier bulletin représentera 35 % de la note finale, et le second 65 %.

  • Écoutez la chronique politique de Rémi Nadeau, chef du Bureau parlementaire à Québec, sur QUB radio:

Travail « bâclé »

La députée libérale Marwah Rizqy estime que le coup de sonde du ministre Roberge est un travail « bâclé ».

L’échantillon est trop petit et les écoles ont été choisies par le ministère de l’Éducation, déplore-t-elle notamment.

Selon la députée de Saint-Laurent, si le taux d’échec est un indicateur important, on doit également s’intéresser aux élèves dont les notes ont chuté drastiquement, mais qui ont tout de même obtenu la note de passage.

« Il faut être déconnecté, il n’a pas les données pour être rassuré ! », insiste-t-elle.    

Taux d'échec au secondaire  

 

MATIÈRES  2019-2020 2020-2021
Écriture 1re secondaire  18,6 % 17,1 %
Mathématique 1re secondaire  19,4 % 16,3 %
Écriture 2e secondaire 15,6 % 17,1 %
Mathématique 2e secondaire 22,3 % 22,2 %
Écriture 3e secondaire 16,7 % 18,8 %
Mathématique 3e secondaire 22,6 % 25,6 %
Écriture 4e secondaire 16,0 % 16,2 %
Mathématique 4e secondaire19,0 %23,2 %
Sciences 4e secondaire16,5 %18,5 %
Histoire 4e secondaire16,1 %16,6 %
Écriture 5e secondaire 13,1 % 14,8 %
Mathématique 5e secondaire 15,0 % 15,8 %

Échantillon

214 écoles   

  • 108 écoles primaires (les résultats restent semblables)  
  • 9 écoles primaires secondaires  
  • 97 écoles secondaires     

Source : ministère de l’Éducation

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.