/news/health
Navigation

Des chercheurs montréalais contribuent au traitement potentiel de la rétinopathie diabétique

Bloc Yeux optométrie
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Un traitement ayant l’avantage de nécessiter une seule injection pourrait soulager les gens atteints de la rétinopathie diabétique, à la suite d’une découverte impliquant un chercheur montréalais. 

La rétinopathie diabétique est caractérisée par une dégénération de petits vaisseaux sanguins alimentant la rétine et se renouvelant de façon anormale, a-t-on expliqué jeudi, par communiqué, en dévoilant les avancées auxquelles a notamment participé le Dr Przemyslaw (Mike) Sapieha, chercheur au Centre de recherche de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (CR-HMR) et professeur titulaire au Département d’ophtalmologie de l’Université de Montréal.

Les résultats des recherches faites en collaboration avec la Dre Pam Tsuruda de UNITY Biotechnology, une entreprise de biotechnologie de San Francisco, en Californie, viennent d’être partagés dans la revue «Cell Metabolism».

Les nouveaux vaisseaux obstruent la vision en laissant des cicatrices sur la rétine lors du renouvellement, phénomène pouvant entrainer la cécité dans les cas les plus graves.

Le défi, selon les chercheurs, est de démêler les vaisseaux sains des vaisseaux problématiques.

«Avec une seule injection, il serait potentiellement possible de traiter les cellules causant cette maladie oculaire diabétique», a dit Mike Sapieha.

«Cette collaboration entre le Centre de recherche de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, l’Université de Montréal et UNITY Biotechnology pourrait avoir une incidence sur la qualité de vie des patients atteints de rétinopathie diabétique, qui affecte environ 750 000 Canadiens et qui est la principale cause de cécité chez les adultes en âge de travailler», a-t-il ajouté.

Les résultats de ce projet de recherche révèlent que les vaisseaux sanguins anormaux dans la rétine déclenchent des programmes moléculaires associés au vieillissement accéléré, appelés communément sénescence cellulaire, a-t-on expliqué.

UNITY Biotechnology a créé un médicament utilisant la cible moléculaire BCL-xL, laquelle permet d’«éliminer sélectivement le vaisseau déficient et ainsi permettre à la rétine de se réparer», a-t-on aussi spécifié, rappelant que cette cible moléculaire a été identifiée par les docteurs Sergio Crespo-Garcia et Agnieszka Dejda. Ces derniers sont également chercheurs de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et les auteurs principaux de l’étude.

Soulignons enfin qu’UNITY Biotechnology a entrepris des études chez les humains afin de vérifier si le nouveau traitement pourrait effectivement guérir ou réduire les impacts de la rétinopathie diabétique.