/opinion/columnists
Navigation

Le procès d’un autocrate menteur et incompétent

Coup d'oeil sur cet article

Les premiers moments du procès en destitution de Donald Trump auront suffi à rappeler son tempérament autoritaire, sa démagogie et son incompétence.

L’issue du procès de Trump est prévisible. Sa responsabilité d’avoir incité à l’insurrection violente du 6 janvier sera démontrée, mais il n’y aura pas 17 sénateurs républicains assez courageux pour le sanctionner.

Ce procès rappelle une vérité troublante. Malgré son autoritarisme démagogique, Trump aurait pu être reporté au pouvoir, non pas par un coup d’État improvisé, mais par une élection qu’il n’a perdue qu’en raison de son incompétence.

Un procès révélateur

Il aura suffi de quelques minutes aux délégués de la Chambre des représentants pour démontrer que Trump a agi en autocrate en incitant l’insurrection violente du 6 janvier contre le Capitole.

Pendant des mois, l’ex-président a conditionné ses partisans à croire que seule une élection truquée pourrait le conduire à la défaite. Dès la nuit de l’élection, il a semé dans leurs esprits le « Grand Mensonge » d’une fraude électorale à grande échelle, sans aucune preuve.

Il a ordonné à ses partisans survoltés d’aller au Capitole et de se « battre comme l’enfer » pour renverser le résultat de l’élection. Ils l’ont cru. Ils sont allés se battre. Il y a eu des morts. Il s’en est fallu de peu pour que de hauts responsables politiques aient été au nombre des victimes.

Incompétence

Le procès confirme ce qu’on savait déjà : Donald Trump est un autocrate qui croyait pouvoir se maintenir en poste par le mensonge.

Dans ce procès, les avocats de Trump ont été remarquablement incompétents. Leur déposition écrite était bourrée de fautes, leurs rares tentatives de construire une argumentation légale étaient pleines de contradictions et d’erreurs.

Cet amateurisme est à l’image de la présidence Trump, qui a maintes fois démontré l’étendue de son incompétence et sa propension à mentir. Il y a exactement un an, Trump – qui connaissait pourtant le danger du coronavirus – déclarait que ce virus n’était pas pire qu’une petite grippe et qu’il disparaîtrait magiquement au printemps.

Cette incompétence, voilée par le mensonge et amplifiée par son refus d’écouter ses propres scientifiques, a mené à la catastrophe qui a largement contribué à sa défaite électorale.

Une question troublante

Il est presque certain que les sénateurs républicains n’oseront pas condamner l’ex-président, malgré les preuves irréfutables qu’il a incité ses partisans à l’insurrection sur la base d’un grand mensonge. Au mieux, il est possible que sa défense soit tellement bancale que quelques républicains se sentiront obligés de le déclarer coupable.

Il est toutefois improbable que 17 sénateurs républicains aient ce courage. Trump sera probablement acquitté et continuera à empoisonner son parti et son pays.

Il est désolant que ni les électeurs ni les sénateurs n’aient rejeté Trump en raison de ses mensonges ou de son autoritarisme, mais simplement en raison de son incompétence.

Que serait-il arrivé si, en plus d’être démagogue, menteur et autocrate, Donald Trump avait été – ne serait-ce que minimalement – compétent ?