/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: le Manitoba achète ses propres vaccins

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Le Manitoba achète ses propres vaccins en investissant dans une pharmaceutique locale, tandis que l’incertitude continue de planer sur les livraisons fédérales. 

• À lire aussi - Flacons de vaccin Pfizer-BioNTech: six doses plutôt que cinq

La province a signé une précommande pour 2 millions de doses du candidat vaccin de Providence Therapeutics, un produit à RNA messager similaire à celui de Moderna et de Pfizer.

Des volontaires testent ce vaccin à Toronto depuis fin janvier. Si tout va bien, la compagnie estime pouvoir livrer un produit commercialisable d’ici la fin de l’année. Il sera entièrement produit au pays.

Rien n’empêche les autres provinces, dont le Québec, d’imiter le Manitoba, mais leurs capacités de négociation sur les marchés internationaux seraient limitées.

Par contre, les pharmaceutiques canadiennes, elles, ont plus que besoin de l’appui des Canadiens, indique le Dr John Lewis, professeur au département d’oncologie de l’Université de l’Alberta et PDG de Entos Pharmaceuticals qui développe également un vaccin contre la COVID-19.

Le Manitoba a versé à Providence Therapeutics une avance de 20% de la facture totale. 40% supplémentaires viendront quand Santé Canada aura homologué le produit et la suite sera payée à la livraison des doses.

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, a souligné que vacciner contre la COVID-19 sera une tâche à accomplir de façon récurrence. Il convient donc de prévoir dès maintenant pour les années à venir. 

  • Écoutez La rencontre Dutrizac-Dumont sur QUB radio:

Pfizer et Moderna

Pendant ce temps, à Ottawa, le major général Dany Fortin a indiqué qu’il s’attend à recevoir 400 000 doses de Pfizer la semaine prochaine et 475 000 la semaine suivante. Ensuite, 440 000 doses hebdomadaires arriveront pendant les deux premières semaines de mars. En comparaison, le Canada a reçu 70 000 doses de Pfizer cette semaine.

Par contre, Moderna enverra moins de 70% des doses prévues dans la semaine du 22 février, soit 168 000. La compagnie n’a pas dit combien de doses contiendrait chacune de ses cargaisons en mars.

Les contrats de Moderna et de Pfizer avec l’Union européenne prévoient des livraisons mensuelles fixes, mais ici elles peuvent envoyer un nombre global de doses par trimestre, au rythme qui leur convient.

Seringues

Pfizer a obtenu cette semaine l’autorisation de comptabiliser six doses par fiole au lieu de cinq. Moderna, elle, comptabilise dix doses par fiole.

Pour le moment, cette compagnie n’a pas demandé, comme Pfizer, que l’on utilise des seringues spécialisées pour extirper davantage de doses de ses précieux flacons, mais Santé Canada encourage les provinces à tirer le maximum de chacune des fioles.

Ottawa a commandé 72 millions de seringues à faible volume mort. Mais Approvisionnement Canada doit se battre «24 heures sur 24» pour obtenir ces seringues en forte demande, a dit Arianne Reza, sous-ministre adjointe de la Direction générale de l'approvisionnement.

Les livraisons ont commencé fin janvier et doivent être terminées d’ici la fin de l’été, a-t-elle indiqué sans préciser le calendrier de livraison prévu.

Le prix payé pour ces outils devenus essentiels n’a pas été dévoilé, ni celui des doses de vaccin. On sait néanmoins, grâce à des données d’importation dévoilées par Statistique Canada, que le Canada a payé plus cher que les autres pour ses doses, soit 37,70$ en moyenne en décembre.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres