/opinion/columnists
Navigation

Redonnons le goût de l’école à nos jeunes

Coup d'oeil sur cet article

En janvier, en annonçant le retour en classe, le premier ministre François Legault disait que c’était un « risque calculé » et qu’il assumait son choix. C’était la chose à faire.

Maintenant, il est temps que les élèves du deuxième cycle du secondaire retournent à temps plein à l’école et c’est aussi le moment de redonner à nos jeunes leurs activités sportives et culturelles.

Ce déconfinement pour nos jeunes est plus nécessaire que jamais lorsqu’on regarde les conséquences de la pandémie sur leur réussite scolaire et leur moral.

Les échecs à la hausse

Pour la Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement (FQDE), le taux d’échec aurait doublé en français et en mathématiques au niveau secondaire. Les chiffres de la FQDE diffèrent de ceux présentés par le ministre Jean-François Roberge hier. 

Selon le ministre, les variations ne sont que de quelques points de pourcentage.

Par contre, les deux s’entendent pour dire que les échecs sont plus élevés lorsque les élèves font leur apprentissage à distance. 

Réglons la ventilation

Pour que les jeunes puissent revenir à temps plein en classe, la ventilation devra être améliorée rapidement. 

Le gouvernement caquiste aurait pu profiter de la pause des Fêtes pour faire le tour de la ventilation dans toutes les écoles du Québec. Malheureusement, ce n’est pas le cas. 

Le ministre Roberge et la Santé publique ont décidé de publier le rapport sur la ventilation seulement en janvier et ils ont pris la décision de tout miser sur le port du masque. 

Il est encore le temps de corriger la situation en ce qui concerne la ventilation. Ça doit être la priorité du ministre de l’Éducation au cours des prochaines semaines. Ainsi, un retour à la normale sera possible pour les étudiants.

Le gouvernement doit le faire, non pas pour « scorer » des points politiquement, mais pour le bien de nos enfants.