/investigations
Navigation

Sondage Léger: la monarchie en perte de vitesse au Canada

Les Canadiens anglais commencent à en avoir assez

Coup d'oeil sur cet article

La monarchie n’est pas contestée seulement au Québec, elle est aussi en train de perdre des plumes au Canada anglais.

• À lire aussi: Sondage Léger: le Québec écœuré de la monarchie

• À lire aussi: Être sujets britanniques vous coûte une fortune

C’est du jamais vu : il y a maintenant plus de personnes au Canada anglais qui souhaitent l’abolition de la Couronne britannique que de personnes qui veulent la conserver, révèle un sondage Léger, réalisé à la fin du mois de janvier, après la démission forcée de la gouverneure générale, Julie Payette.

« C’est la première fois qu’on constate ça », souligne le sondeur Jean-Marc Léger.

Ainsi, 39 % des personnes interrogées veulent se départir de la monarchie, tandis que 34 % veulent la garder. Le quart des autres personnes sont indécises ou ne savent pas.  

  • Écoutez l'entrevue de Pierre Nantel avec le journaliste Jules Richer sur QUB radio:    

La semaine dernière, un sondage Léger publié dans Le Journal indiquait que les Québécois ont une opinion beaucoup plus tranchée sur la monarchie : les trois quarts d’entre eux veulent son abolition. Toutefois, cette constatation n’est pas nouvelle, puisque le sentiment antimonarchique a toujours été fort dans la province.

Au Canada anglais, par contre, les choses évoluent, et vite. Un autre sondage Léger, réalisé en 2018, révélait par exemple que 55 % des Albertains et 49 % des Ontariens tenaient alors à la Couronne britannique. Deux ans plus tard, la proportion des Albertains favorables à la monarchie n’est plus que de 35 % tandis que celle des Ontariens a chuté à 36 %.

Pour Jean-Marc Léger, les constats sont clairs. « Avec tout ce qui est arrivé avec Julie Payette, les gens en ont assez », dit-il.

Il y a aussi une usure de la royauté britannique, alimentée récemment par le départ de Meghan Markle et du prince Harry et les relations troubles du prince Andrew avec des mineures. « Dans les dernières années, il y a eu peu d’histoires positives et beaucoup d’histoires négatives », note Jean-Marc Léger.

Non à l’abolition

Par ailleurs, l’Assemblée nationale a rejeté hier une motion du Parti québécois pour abolir le poste de lieutenant-gouverneur

La ministre responsable des Relations canadiennes, Sonia LeBel, a plaidé que l’abolition de ce poste est un processus « complexe et lourd ». Son rôle et ses pouvoirs sont « intrinsèquement imbriqués » dans le fonctionnement du Parlement québécois, a-t-elle fait valoir. 

La CAQ souhaiterait éventuellement le faire, mais « lorsque le contexte le permettra ». 

  • Écoutez la chronique de Sophie Durocher avec Pierre Nantel sur QUB radio:   

Sondage   

VOTERIEZ-VOUS POUR LE MAINTIEN OU POUR L’ABOLITION DE LA MONARCHIE AU CANADA ? 

Abolition de la monarchie  

  • Québec : 74 %  
  • Canada : 39 %   

Maintien de la monarchie  

  • Québec : 12 %  
  • Canada : 34 %    

Ne sait pas / refus  

  • Québec : 14 %  
  • Canada : 26 %   

Méthodologie : Un sondage Web a été réalisé auprès de 2122 Canadien(ne)s pouvant s’exprimer en français ou en anglais. Les données ont été collectées en deux temps. Une première collecte a été réalisée du 29 au 31 janvier 2021 auprès de 1000 Québécois(es) et fait l’objet d’un autre rapport. Afin de bonifier cette première analyse, une collecte complémentaire a été réalisée du 5 au 7 février 2021 auprès de 1122 Canadien(ne)s des autres provinces, résultant en un échantillon total de 2122 Canadien(ne)s. Il n’est pas possible de calculer une marge d’erreur sur un échantillon tiré d’un panel, mais à titre comparatif, la marge d’erreur maximale pour un échantillon de 2122 répondants est de +/- 2,1 %, et ce, 19 fois sur 20.

– Avec Patrick Bellerose