/entertainment/movies
Navigation

Un Québécois à Slamdance

Le film Nulle trace est projeté vendredi soir en ouverture

Nulle trace
Photo courtoisie, K-Films Amérique Monique Gosselin dans une scène du film Nulle trace.

Coup d'oeil sur cet article

Le film Nulle trace du réalisateur Simon Lavoie aura l’honneur d’ouvrir vendredi soir la 27e édition de Slamdance, un événement alternatif qui se déroule en marge du prestigieux Festival de Sundance, en Utah. Pandémie oblige, le cinéaste québécois devra toutefois savourer cette première mondiale de façon virtuelle, depuis son domicile à Montréal. 

« C’est dommage parce qu’au départ, les gens de Slamdance avaient prévu organiser une belle première du film au cinéma ArcLight de Los Angeles ainsi qu’une projection extérieure dans un ciné-parc mythique dans le désert de Joshua Tree », a expliqué jeudi Simon Lavoie (La petite fille qui aimait trop les allumettes) en entrevue au Journal

« Mais au fur et à mesure que les semaines ont passé, la situation sanitaire s’est dégradée là-bas et il y a eu des nouvelles réglementations qui ont fait en sorte que le festival a dû se résoudre à opter pour une édition entièrement virtuelle. C’est sûr qu’on aurait aimé pouvoir présenter le film devant un public, mais cette première en ligne nous offre quand même une très belle vitrine aux États-Unis. »

Post-apocalyptique

Décrit comme un récit post-apocalyptique, Nulle trace met en scène une contrebandière (Monique Gosselin) qui guide une jeune femme (Nathalie Doummar) et son enfant au-delà de la frontière. Le film a été tourné dans la région natale de Simon Lavoie, Charlevoix.

« C’est un film que je porte en moi depuis longtemps, souligne le cinéaste. J’ai travaillé sur le scénario pendant des années sans réussir à trouver la clé. Ce n’est que récemment que j’ai réussi à solutionner certains problèmes narratifs et que j’ai pu concrétiser le projet. Ça donne un film dépouillé et très minimaliste. »

Nulle trace devait originalement prendre l’affiche au Québec l’automne dernier, mais sa sortie a été repoussée quand les cinémas situés en zone rouge ont dû refermer leurs portes en raison de la seconde vague de COVID-19. Simon Lavoie espère maintenant pouvoir sortir son film au printemps. 


Le 27e festival Slamdance est présenté en ligne jusqu’au 25 février.