/news/society
Navigation

À 19 ans, Josianne Berthiaume est assurément la déneigeuse la plus populaire de TikTok

Coup d'oeil sur cet article

TikTok, c'est bien plus que des vidéos de danse, de chant ou de défis! C'est pourquoi Josianne Berthiaume a décidé de faire découvrir son métier de déneigeuse à ses 17 000 abonnés. L'objectif: faire tomber les préjugés. 

À première vue, Josianne pourrait ressembler à n'importe quelle autre tiktokeuse de son âge. Mais à 19 ans, elle a choisi une approche originale. Celle de montrer son quotidien, qu'elle passe dans des tracteurs, le soir, au milieu de tempêtes.

«Quand je regardais TikTok, c’était tout le temps la même chose, constate la jeune fille originaire de Lévis. Je me suis dit que de montrer quelque chose de différent, ça pouvait peut-être changer un petit peu les choses.»

Aux commandes de son tracteur, elle veut avant tout défaire les préjugés sur les employés de déneigement. Non, tous les employés de déneigement ne sont pas des hommes quinquagénaires un peu grossiers.

La jeune femme veut montrer que les filles aussi peuvent déneiger, et encourager celles qui hésitent à se tourner vers un métier perçu comme «masculin».

Josianne, qui est entrée en contact avec d’autres filles déneigeuses sur TikTok, a vu son audience exploser en quelques mois.

«Ça me fait du bien de savoir que je ne suis pas toute seule», se réjouit-elle.

Elle assure d'ailleurs ne recevoir que des commentaires positifs.

Aux commandes... à 7 ou 8 ans

Josianne Berthiaume ne s'est pas retrouvée sur un tracteur par hasard. La passion de la machinerie lourde lui a été transmise par son père, propriétaire d'une entreprise spécialisée en déneigement et en terrassement.

«Depuis que je suis bébé, mon père a sa compagnie. Tout ce qui est machinerie, pelles mécaniques, tracteurs, ça m’a donc toujours passionnée.»

Celle qui a conduit un tracteur pour la première fois à l'âge de 7 ou 8 ans aimerait reprendre le flambeau et succéder à son père, qui est «parti de rien» pour bâtir son entreprise. Mais pour l’instant, elle se concentre sur ses études en machinerie lourde.

Au travers des études et de l'entreprise familiale, elle veut surtout continuer à servir de modèle aux jeunes filles qu'elle rencontre à bord de son tracteur.

«Souvent, les petites filles sont assez impressionnées. Pour elles, c’est rare de voir une fille dans un tracteur.»