/entertainment/comedy
Navigation

«Je fais les choses en suivant mon instinct» - Mathieu Dufour

«Je fais les choses en suivant mon instinct» - Mathieu Dufour
Dominick Gravel/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Reconnu pour son énergie débordante, son humour déjanté et sa grande spontanéité, l’humoriste Mathieu Dufour, alias Math Duff, sait comment s’attirer l’amour du public. Collaborateur à «Star Académie» et à «Vlog», entre autres, l’électron libre du showbiz nous parle de son parcours et se confie sur ses beaux projets. 

Depuis le début de la pandémie, Mathieu Dufour n’a pas eu le temps de s’ennuyer. Le jeune humoriste ne s’attendait toutefois pas à avoir autant de succès sur le web grâce à son désormais célèbre «Show-rona Virus», qui lui a permis de se faire connaître du grand public.

«Lorsque j’ai décidé sur un coup de tête, en mars 2020, d’interagir quotidiennement en direct avec les gens qui me suivent sur Instagram, je ne m’attendais pas du tout à rejoindre autant de monde, dont plusieurs artistes. Je faisais ça à la bonne franquette, sans trop me préparer. Je crois d’ailleurs que c’est cet aspect authentique qui a fait le succès du projet. Cet hiver, alors que les tournages vont bon train, je ne prévois pas faire revivre le “Show-rona Virus”. Cette expérience est derrière moi; je ne veux pas me rembarquer là-dedans. J’ai néanmoins toujours autant de fun à interagir en direct avec les gens sur Instagram, et je compte bien continuer à le faire.»

Grâce à ses réseaux sociaux

Spontané de nature, l’artiste originaire du Saguenay–Lac-Saint-Jean a l’habitude de prendre de grandes décisions sans trop réfléchir. «Je fais les choses en suivant mon instinct. Depuis que je suis jeune, j’aime faire rire les gens. J’ai toujours su que je voulais faire ça de ma vie, mais je ne savais pas comment ça allait se manifester. Après mon cégep, j’ai décidé en 2015, sur un coup de tête, de m’inscrire à l’École nationale de l’humour.»

Mathieu Dufour avait alors l’objectif de mener une carrière bien différente de la moyenne des humoristes. «Je voulais me concentrer surtout sur la radio, la télé et les réseaux sociaux plutôt que sur la scène. Le succès que j’ai aujourd’hui, je le dois aux réseaux sociaux, qui me permettent, depuis mes débuts, d’entretenir une belle proximité avec les milliers de personnes qui me suivent. Un jour, ces gens ont voulu me voir sur scène, et c’est ainsi que je me suis retrouvé malgré moi à faire des spectacles.»

Des salles pleines

L’humoriste ne s’attendait pas à donner, en 2019, ses premières représentations à guichets fermés. «À ce moment-là, je n’étais pas encore connu du grand public. J’étais donc émerveillé de voir ces salles pleines et de constater à quel point il y avait des gens qui me suivaient dans mes folies. J’ai rempli une fois le Capitole de Québec et deux fois la salle du Club Soda, à Montréal. De plus, le 18 juillet dernier, je devais donner un spectacle, qui affichait complet, à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts. Pour l’instant, je ne sais pas ce qui va arriver avec ça, mais je compte bien donner ce spectacle dès qu’il me sera possible de le faire.»

Mathieu Dufour ne compte cependant pas partir en tournée lorsque les salles rouvriront. «C’est sûr que je vais recommencer à faire des spectacles pour aller à la rencontre des gens. Si un jour je pars en tournée, il s’agira de quelque chose de complètement éclaté. Je veux que ce soit un beau défi qui me permettra de m’amuser. J’improvise beaucoup sur scène; je serais très malheureux à l’idée de refaire toujours le même show pendant plusieurs mois. Tous mes spectacles sont très différents, voilà pourquoi je n’en donne qu’à l’occasion. Je n’aime pas non plus prévoir les choses trop d’avance.»

L’escouade «Star Académie»

En attendant son retour sur les planches, Mathieu Dufour fait partie de la brigade «Star Académie», aux côtés de Mélissa Bédard et de Pierre-Yves Roy-Desmarais. «Chaque semaine, nous irons parcourir le Québec à la rencontre des familles des candidats qui seront mis en danger. Nous ferons en quelque sorte le pont entre les gens du public et les Académiciens. C’est un gros trip qu’on se prépare à vivre dès le mois de février.»

L’artiste a aussi d’autres projets à la télévision. «Je continue de collaborer une fois par semaine à l’émission “La semaine des 4 Julie”, à Noovo, ainsi qu’une fois toutes les trois semaines à “Vlog”, à TVA. Il y a aussi plein d’autres affaires qui s’en viennent pour moi et qui seront annoncées prochainement.»

Envie de s’amuser

Plus demandé que jamais, Mathieu Dufour garde les pieds sur terre et arrive à composer avec sa popularité croissante. «Heureusement, j’ai une équipe qui m’aide à gérer tout ça. En ce moment, je refuse 80 % des projets qui me sont proposés. Lorsque je sens que ce sera trop pour moi, je refuse. J’arrive ainsi à avoir un bon contrôle sur ma charge de travail. Tout ce que je souhaite, c’est de continuer à exercer longtemps mon métier avec la même motivation que j’ai en ce moment. La vie est remplie de surprises; j’ai envie de m’amuser et de continuer à faire les choses à ma manière.»

De plus, l’humoriste se dit chanceux d’être bien entouré sur le plan personnel. «Je suis très proche de ma famille et de mes amis. Il y aurait aussi de la place pour l’amour dans ma vie, mais je n’en ai pas envie en ce moment. Je ne suis pas rendu là. C’est donc plutôt relax de ce côté. J’ai toutefois une bonne base et je prends soin de moi. Pour préserver mon énergie, je fais d’ailleurs beaucoup d’activités physiques et je médite énormément», confie-t-il en terminant.

Vous pourrez suivre Mathieu Dufour à «Star Académie» à compter du 14 février à 19 h, à TVA. Pour en savoir plus sur ses actualités, visitez le compte Instagram de Math Duff.

«Le pire du pire»: une belle expérience à l’animation

Mathieu Dufour vous invite à le suivre à l’animation de la nouveauté «Le pire du pire», qui sera disponible à compter du 16 février sur Tou.tv Extra et diffusée en avril à Radio-Canada.

«Au lieu de parler des bons coups des personnalités que je reçois sur mon plateau, je leur parle plutôt de leurs échecs et de ce qu’ils ne sont pas capables de faire. Chaque émission commence avec une partie entrevue, qui est suivie d’un segment plus ludique au cours duquel les invités doivent jouer dans des sketchs, relever des défis ou prendre part à différentes activités. Par exemple, on va me voir danser avec Sarah-Jeanne Labrosse, faire des cascades avec Pier-Luc Funk et cuisiner dans une cafetière avec Marie Soleil Dion. Il s’agit d’un concept vraiment cool! Pour ma part, c’était la première fois que j’animais une émission de ce genre et j’y ai pris beaucoup de plaisir. Ce projet sera composé de 20 épisodes de 11 minutes. Pour la télévision, deux épisodes seront diffusés à la fois. J’ignore toutefois si cette émission connaîtra une deuxième saison.»