/news/health
Navigation

Opérée à cœur ouvert après une césarienne d’urgence

À 27 ans, elle a dû subir une césarienne d’urgence et une opération à cœur ouvert la même semaine

Opérée à cœur ouvert après une césarienne d’urgence
Photo Didier Debusschère

Coup d'oeil sur cet article

De simples problèmes dentaires ont conduit une jeune femme enceinte de huit mois à subir une césarienne d’urgence et une opération à cœur ouvert, mais aussi à tisser des liens indéfectibles avec sa cardiologue.

«J’avais des sueurs à rester coucher et quand je me suis mis à vomir, le 29 mars, je suis allé à l’hôpital. C’est là que tout a déboulé. Mes plaquettes de sang n’étaient pas belles, fallait faire quelque chose», raconte la dame qui avait 27 ans à l’époque.

Pour passer des examens plus approfondis, les médecins décident de lui faire une césarienne d’urgence. Mavrick voit donc le jour le 30 mars à l’hôpital de Thetford Mines.

Le lendemain elle s’est mise à voir double. «Ils ont vu que j’avais fait un AVC», dit-elle. Elle est alors transférée à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ).

Opérée à cœur ouvert après une césarienne d’urgence
Photo Didier Debusschère

En danger

«Elle est arrivée le 2 avril lorsque j’étais de garde, se rappelle la cardiologue Kim O’Connor. Elle avait une valve complètement détruite avec une masse.»

Le diagnostic pointe vers une endocardite, une maladie très grave causée par une bactérie. «On a constaté que des petits morceaux se sont détachés de la masse de la valve, avaient bouché des artères, et atteint la rate et les reins en plus du cerveau», analyse la cardiologue.

«On ne s’imagine pas vivre ça. J’étais loin de mon bébé alors que ça devait être le plus beau moment de ma vie. C’était davantage l’enfer qui commençait. Quand la Dre O’Connor m’a dit que j’allais être opérée à cœur ouvert je ne comprenais pas. J’étais quelqu’un en pleine forme, en pleine santé», se remémore la jeune mère.

Opérée à cœur ouvert après une césarienne d’urgence
Photo Didier Debusschère

Mme Drouin a été opérée le 3 avril par le Dr Dimitri Kalavrouziotis. «Il a fait une super job et a été capable de sauver sa valve en lui mettant un anneau autour. Une valve biologique (porcine) aurait seulement fonctionné de 5 à 7 ans chez une jeune femme. Une valve mécanique nécessite un médicament pour éclaircir le sang, dangereux pour le fœtus», explique la Dre O’Connor.

Carie et gingivite

L’opération a confirmé la cause bactérienne. «Les femmes enceintes font souvent de la gingivite. Renée-Claude saignait beaucoup, mais ne s’en plaignait pas, et avait une carie qu’elle ne sentait pas. Il y a de fortes chances que des bactéries de sa bouche ont emprunté la circulation sanguine et infecté la valve qui était probablement déjà malade», estime la Dre O’Connor.

«Les gens ne savent pas que des saignements importants dans la bouche et des problèmes buccaux comme une carie peuvent ultimement causer une infection sérieuse du cœur. Tous nos patients opérés pour des valves voient le dentiste avant», insiste la cardiologue.

Opérée à cœur ouvert après une césarienne d’urgence
Photo Didier Debusschère

Remonter la pente n’a pas été facile pour Renée-Claude Drouin. «J’ai eu une césarienne, un AVC et été opérée à cœur ouvert dans la même semaine. Seulement me lever était épouvantable. Je ne pouvais pas prendre mon bébé. L’état d’esprit, aussi, avec ma famille à Thetford Mines, je me sentais seule, mais heureusement j’avais une équipe extraordinaire. Je n’ai recommencé à avoir du pep qu’en juillet ou en août.»

Son conjoint et sa mère ont arrêté de travailler pour lui venir en aide et prendre soin du bébé.

Opérée à cœur ouvert après une césarienne d’urgence
Photo Didier Debusschère

Deux miracles

La jeune femme de Thetford Mines s’est finalement bien rétablie. «Je lui dis souvent que si on ne voyait pas l’anneau on considérerait qu’elle a un coeur normal», assure la Dre O’Connor.

«Si je joue au soccer, j’ai l’impression de travailler davantage qu’un autre et je deviens essoufflée plus vite. Mais ce n’est pas un problème dans la vie de tous les jours. Ils (à l’IUCPQ) m’ont appelé la miraculée», dit celle dont les séquelles de l’ACV de limitent «à une petite migraine» ou des éclats dans la vision lorsqu’elle est fatiguée.

Opérée à cœur ouvert après une césarienne d’urgence
Photo Didier Debusschère

Les deux femmes ont tissé des liens indéfectibles. «La Dre O’Connor m’a donné une deuxième vie. Je l’apprécie tellement. Je lui demande souvent conseil.»

«J’ai un lien particulier avec elle, confirme la cardiologue. Elle a une grande confiance en moi et me remercie chaque fois que je la vois, toujours avec son petit garçon. Elle me disait qu’elle n’aurait jamais d’autre enfant. Un jour, elle m’a qu’elle était prête à avoir une autre bébé et voulait mon avis avant d’en parler à son chum.»

Et les efforts de sa cardiologue pour lui permettre d’agrandir sa famille n’ont pas été vains. Après un suivi au CHUL en tant que grossesse à risque, Renée-Claude Drouin a donné naissance le 13 janvier 2020 à une petite fille, Madison.