/opinion/columnists
Navigation

Ouighours: des États brillent par leur inaction

Coup d'oeil sur cet article

« Plus jamais ». Ce slogan résume la volonté de ne jamais oublier les horreurs de l’Holocauste et les six millions de Juifs exterminés dans les camps de concentration.

C’est aussi ce qui a inspiré la Déclaration des droits de l’homme en 1948 et l’engagement de l’ONU de ne « plus jamais » tolérer que se reproduisent des atrocités comme celles commises par les nazis. Depuis, 152 pays ont ratifié la Convention sur le génocide. 

Inaction

Selon l’article 1 de cette convention, les pays ont l’obligation de « prévenir le génocide ».

Mais ça, c’est en théorie. En pratique, ils brillent par leur inaction. Les Cambodgiens et les Rwandais peuvent en témoigner ! 

Aujourd’hui, il est impossible d’ignorer le génocide de la minorité musulmane ouïghour par le gouvernement chinois. Et que font les États ? Absolument rien ! Ils détournent le regard en mangeant des petits fours. 

Pour comble, l’ONU autorise la Chine à siéger au Conseil des droits de l’homme, lui permettant ainsi d’esquiver une enquête pour violation des droits de ses citoyens. 

Pourtant, la BBC présentait tout récemment un énième reportage sur les atrocités que subissent les Ouïghours, les camps d’internement dans lesquels ils sont torturés, les viols collectifs, la stérilisation obligatoire, les travaux forcés et la surveillance orwellienne. Ce qu’on y apprend est nauséeux, sinon carrément insupportable.

Complicité

Einstein disait : « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire ». Les chefs d’États, surtout en Occident, s’autoproclament « progressistes ». Ils multiplient l’emploi des mots « solidarité, dignité, respect ». Pourtant, ceux qui aiment scander « Plus jamais », regardent sans broncher. Par leur apathie, ils contribuent au génocide ouïghour. Jusqu’à quand ces pseudo défenseurs des droits de la personne toléreront-ils l’intolérable ?

Sans doute veulent-ils ménager la Chine pour des raisons diplomatiques. Mais ce qui peut être politiquement correct ne devrait jamais avoir préséance sur ce qui est moralement inacceptable !