/investigations
Navigation

Arrestation à L'Ancienne-Lorette: soupçonné de menacer la sécurité nationale

Karl Maheux aurait voulu faire un coup d’éclat contre les mesures sanitaires

Coup d'oeil sur cet article

L’homme de L’Ancienne-Lorette arrêté par la GRC en possession d’un arsenal de guerre, dont des bombes artisanales, serait un complotiste qui préparait un coup d’éclat contre les mesures sanitaires mises en place par le gouvernement, selon les informations obtenues par notre Bureau d’enquête.

• À lire aussi: [EN IMAGES] Perquisition majeure de la GRC: un véritable arsenal de guerre saisi à L'Ancienne-Lorette

• À lire aussi: Arrêté vendredi avec un arsenal: l’accusé Karl Maheux déjà largué par son employeur Avjet

Le Journal a également appris que Karl Maheux serait un analyste en informatique au ministère de l’Éducation et qu’il travaillerait au Complexe G.

Karl Maheux a été arrêté par la GRC qui a trouvé chez lui un véritable arsenal de guerre, dont du matériel pour farbiquer des bombes.. CAPTURE ÉCRAN
Capture d’écran
Karl Maheux a été arrêté par la GRC qui a trouvé chez lui un véritable arsenal de guerre, dont du matériel pour farbiquer des bombes.. CAPTURE ÉCRAN

Maheux a été arrêté vendredi dernier à son domicile de L’Ancienne-Lorette par la GRC parce qu’il s’était fait livrer par la poste un silencieux pour une arme à feu.

Quatre silencieux, dont celui-ci, ont aussi été saisis.
Photo courtoisie, GRC
Quatre silencieux, dont celui-ci, ont aussi été saisis.

En plus d’avoir en sa possession des armes à feu prohibées, il avait aussi confectionné des bombes artisanales.

Un périmètre de sécurité a été établi, forçant l’évacuation d’une partie du secteur où la perquisition a eu lieu, en raison de ces bombes. 

Maheux a été remis en liberté en attendant son retour en cour le 19 mars. 

  • Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau sur QUB radio:  

La GRC a également mis la main sur une dizaine de bombes artisanales.
Photo courtoisie, GRC
La GRC a également mis la main sur une dizaine de bombes artisanales.

Or, l’homme qui n’a pourtant pas d’antécédents judiciaires préparait, semble-t-il, un coup d’éclat en opposition aux mesures sanitaires.

Escouade spéciale

Le cas est suffisamment pris au sérieux pour avoir été confié à une Équipe intégrée de la sécurité nationale (EISN).

Ces équipes sont chapeautées par la GRC et ont pour mission de « dépister, décourager, perturber et prévenir les activités criminelles des groupes terroristes ou des individus qui menacent la sécurité nationale du Canada », selon le site internet de l’organisation.

Karl Maheux serait aussi soupçonné d’être un « Freeman of the land ». Ces « citoyens souverains » refusent de se soumettre aux lois d’un État.

Ils n’hésitent pas à avoir recours à la désobéissance civile ou aux tribunaux afin de tenter de se soustraire aux lois.

L’homme de 47 ans serait analyste en informatique au ministère de l’Éducation depuis plus de cinq ans.

Plus précisément, il travaillerait au Service des systèmes serveurs de la Direction des systèmes d’information (DSI).

Selon une note interne distribuée à plusieurs employés du ministère, Karl Maheux aurait été relevé temporairement de ses fonctions, le temps de réaliser une enquête interne.

Questionné, le ministère de l’Éducation a tout simplement répondu qu’il « ne donne aucune information à cet égard. »

Le cabinet de la ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault n’a pas voulu « commenter une affaire en cours. »

Un collègue de Karl Maheux au ministère de l’Éducation l’a décrit comme « normal, sympathique et consciencieux » et a dit être « dépassé » par les motifs ayant conduit à son arrestation.

À l’aéroport

Karl Maheux occupait aussi un autre emploi sur le site de l’aéroport de Québec en tant que préposé au déglaçage des avions.

Son employeur, Avjet, a indiqué avoir mis fin à son lien d’emploi en apprenant son arrestation.

Il n’avait pas accès aux bagages ni à l’intérieur des avions, a souligné l’entreprise.

Auparavant, il avait aussi été pompier volontaire durant trois ans à Shannon.