/sports/racing
Navigation

Bombardier boude le talent québécois en série NASCAR

La victoire de Ben Rhodes n’est pas passée inaperçue à Daytona

Bombardier
Courtoisie NASCAR

Coup d'oeil sur cet article

Vendredi soir, la spectaculaire victoire de Ben Rhodes sur l’anneau de vitesse du mythique circuit de Daytona n’est certes pas passée inaperçue auprès des amateurs de sport automobile au Québec.

• À lire aussi: Accident et abandon pour Alex Labbé

La course inaugurale de la saison dans la série des Camionnettes NASCAR aura été animée du début à la fin, comme c’est souvent le cas à cet endroit.

Cette épreuve a manifesté, une nouvelle fois, le talent exceptionnel de Raphaël Lessard, qui, à sa première participation aux couleurs de sa nouvelle équipe, GMS Racing, a été un candidat logique pour parader dans le cercle du vainqueur. 

Mais il aura fallu un accident de trop devant lui, dont il n’est aucunement responsable, pour ruiner ses efforts. Sa 23e position à l’arrivée n’est certes pas représentative du brillant parcours du Beauceron de 19 ans.

Un commanditaire généreux

Rhodes, lui, a vu la chance lui sourire quand il a réussi à éviter les obstacles devant lui pour se faufiler en tête au dernier tour.

Comme il a aussi la chance de compter sur l’appui d’un commanditaire plutôt généreux qui a pour nom... Bombardier.

Oui, Bombardier, cette entreprise québécoise, qui a choisi d’épauler un pilote américain, alors que le Québec compte en NASCAR deux pilotes doués, en Lessard et en Alex Labbé, dont l’avenir, faute de budget suffisant, est toujours remis en question année après année.

Bombardier est le nouveau commanditaire de Rhodes au sein de l’écurie ThorSport Racing pour la saison 2021. Le parraineur principal, comme mentionné dans le communiqué de l’organisation.

Une affaire de deux millions

Pour avoir une inscription aussi visible sur le bolide, Bombardier a payé le gros prix, même si les montants n’ont pas été divulgués. De sources fiables, une commandite majeure comme celle assurée par Bombardier auprès d’une équipe de pointe comme ThorSport exige un déboursé d’environ deux millions de dollars américains.

C’est aussi la facture exigée (à quelques différences près) par d’autres formations de premier plan dans la série des Camionnettes Camping World, comme Kyle Busch Motorsports ou GMS.

Or, comment ne pas s’offusquer du comportement de Bombardier, qui doit sa survie à l’injection massive de fonds publics et qui, à la veille de cette course à Daytona, avait annoncé 1600 nouvelles suppressions d’emplois, dont 700 au Québec ?

D’autres exemples

On a beau vouloir indiquer que le marché américain est important pour Bombardier, cette décision, prise à son siège social de Montréal, d’accorder deux millions de dollars à une équipe de NASCAR aux États-Unis ne tient pas la route. Cette compagnie demande des subventions à tour de bras et fait la charité chez le voisin.

Mais bon, Bombardier n’est pas la seule. L’entreprise Alimentation Couche-Tard a elle aussi investi dans le NASCAR au sud de la frontière au cours des récentes années en commanditant, par l’entremise de sa filiale Circle K, une épreuve de la série Xfinity à Daytona.

Au moins, BRP fait sa part depuis quelques années en soutenant financièrement Alex Labbé. Mais, étrangement, sur le site francophone de cette entreprise établie à Valcourt, le Québécois ne fait pas partie des 19 ambassadeurs « hors route » de la bannière Can-Am de BRP, à laquelle figure notamment la jeune pilote de la série XFinity, Hailie Deegan.