/weekend
Navigation

Littérature jeunesse: coup de foudre en Russie

<strong><em>La Neva pour se retrouver</em><br>Marise Gasque</strong><br>Les Éditions L’Interligne<br>240 pages dès 14 ans
Photo courtoisie La Neva pour se retrouver
Marise Gasque

Les Éditions L’Interligne
240 pages dès 14 ans

Coup d'oeil sur cet article

Méganne, Sabrina et Larisa ont droit à des vacances estivales palpitantes et dépaysantes : elles quittent le Québec pour Saint-Pétersbourg, afin de visiter le père de Larisa. N’ayant jamais réellement fait de voyage, Méganne est impatiente de découvrir les palais royaux et les mille et une merveilles de la Russie. L’adolescente ne s’attend pas à ce que l’une de ces merveilles se révèle, pour elle, sous la forme d’un séduisant serveur...

Au cours de son enfance et de son adolescence, Marise Gasque, l’auteure de ce roman, passait de nombreuses heures à lire des poèmes et des nouvelles, ainsi qu’à noircir des pages en créant ses propres œuvres poétiques. Aujourd’hui, à la lecture de son tout premier livre, La Neva pour se retrouver, on devine bien le côté romantique et sensible de sa personne qui devait se refléter dans ses poèmes de l’époque ! Une histoire d’amour douce, ce roman est un beau voyage à l’intérieur de soi-même, à la découverte de ces premières « flammes » de la passion qui nous allument, à l’adolescence.

Direction : Russie 

Le personnage principal, Méganne, est à la quête des beautés époustouflantes et mémorables de la Russie, oui, mais également à la quête d’elle-même... Lors de ce périple à l’étranger, Méganne est hébergée chez le père de sa bonne amie Larisa qui, avec un plaisir évident, s’amuse à jouer les guides touristiques pour les trois adolescentes. C’est possiblement cette proximité avec Dmitry qui fait réaliser à Méganne qu’elle doit tirer les vers du nez de sa mère, afin d’y voir plus clair sur la disparition de son propre père de sa vie, il y a de nombreuses années.

Aux prises avec ces sentiments déchirants et troublants, Méganne doit, en prime, gérer l’attirance qu’elle éprouve pour le beau Valery, ce serveur russe qui est, à l’évidence, tombé sous son charme même s’ils ne parlent pas la même langue. 

Les descriptions précises et lumineuses de l’auteure nous donnent l’impression de nous-mêmes voyager en Russie. La Neva pour se retrouver : une escapade littéraire qui fait un bien fou !

À lire aussi   

L’Ickabog

<strong>J. K. Rowling</strong><br>Gallimard jeunesse<br>392 pages, dès 10 ans
Photo courtoisie
J. K. Rowling
Gallimard jeunesse
392 pages, dès 10 ans

Que vous soyez fan de la saga Harry Potter importe peu. Même si ce récit est imprégné de cette dose de magie et de fantaisie propre à son auteure, il parvient à se démarquer et à faire son chemin par lui-même... un peu comme cette créature qu’est l’Ickabog ! Cette fois, l’écrivaine nous fait découvrir la Cornucopia, un petit royaume où il fait bon vivre. La seule ombre au tableau : une possible attaque de l’Ickabog, une bête monstrueuse qui habite dans les marécages brumeux. Et si la légende de l’Ickabog prenait vie, est-ce que le mensonge, la trahison et le pouvoir pourraient dominer sur le bonheur perpétuel de la Cornucopia ? 

Les mystères de Winterhouse Hôtel

<strong>Ben Guterson</strong><br>Albin Michel jeunesse<br>448 pages, dès 10 ans
Photo courtoisie
Ben Guterson
Albin Michel jeunesse
448 pages, dès 10 ans

L’hôtel le plus extraordinaire ouvre à nouveau ses portes, prêt à laisser ses heureux vacanciers et locataires permanents vivre un début de printemps hors du commun ! Parmi les locataires de Winterhouse Hôtel se trouve Elizabeth, une jeune fille dont les pouvoirs magiques s’avèrent de plus en plus puissants. Puis, elle ressent que ses proches risquent de revivre les foudres de la terrible sorcière Gracella... Quand les murs et le sol de l’hôtel se mettent à trembler, la menace est imminente. À noter qu’il s’agit du troisième tome d’une série, mais qu’il est possible de le lire indépendamment, sans perdre une once de sa magie ensorcelante !  

Dany à la dérive

<strong>Pierre-Luc Bélanger</strong><br>Éditions David<br>216 pages, dès 14 ans
Photo courtoisie
Pierre-Luc Bélanger
Éditions David
216 pages, dès 14 ans

Trop ou pas assez. Ou « TOPA », comme se plaît à le dire Dany. À 14 ans, dans l’espoir d’avoir l’air cool ou de pouvoir trouver sa place, c’est le surnom qu’il se donne lui-même. Cependant, quelques années plus tard, Dany n’a toujours pas l’impression de se connaître réellement... Né d’un père franco-ontarien et d’une mère haïtienne, le jeune homme se cherche un sentiment d’appartenance. Il se considère également trop pauvre et pas assez sportif. Mais, à l’aube de la fin de son secondaire, Dany, guidé par sa passion pour la voile, en viendra à se dévoiler à lui-même... Un récit sur l’importance de suivre son propre chemin. 

Kaléidoscope

<strong>Marie Caillet</strong><br>Castelmore<br>290 pages, dès 12 ans
Photo courtoisie
Marie Caillet
Castelmore
290 pages, dès 12 ans

Déménager et intégrer une nouvelle école, ce n’est jamais simple. Ça l’est encore moins pour les personnes timides. C’est le cas pour Naomi, une adolescente loin d’être enchantée à l’idée de devoir suivre sa mère et le nouveau copain de celle-ci en « territoire inconnu ». L’ado a l’impression qu’elle vient de perdre tous ses petits bonheurs ; que sa vie n’a littéralement plus de couleur. Puis, sa grand-mère lui offre un kaléidoscope bien particulier : en regardant en lui, Naomi voit des portes s’ouvrir sur des mondes cette fois véritablement inconnus ! En fuyant ainsi sa réalité, risque-t-elle de se perdre et d’oublier l’essence d’elle-même ? Une histoire certainement colorée, mais empreinte de tendresse.