/opinion/columnists
Navigation

La boucane

Coup d'oeil sur cet article

La dernière chose que je souhaite, c’est d’écœurer les fumeurs. Je sais trop bien ce qu’est de vivre avec cette culpabilité, cette demi-honte, ce rejet et surtout cette incompréhension des autres devant notre dépendance qui, semble-t-il, est pire que celle à l’héroïne.  

C’est pas rien et je le crois. Je l’ai eu cet esclavage dans ma vie et je n’étais pas un petit fumeur social d’occasion. On parle de deux paquets de Camel par jour, et ce, 365 jours par année. On parle donc de 14 600 clopes. Un fumeur ne prend jamais de jour de repos. Du lever au coucher, il les enchaîne l’une à l’autre, et les plus acharnés chercheurs cherchent encore le produit, le remède, le truc, la thérapie pour dissocier, divorcer le cerveau du fumeur de sa mortelle cigarette.

SEVRÉ

Je vous écris ça parce que jeudi dernier, je célébrais un anniversaire. Il y avait précisément deux ans que je n’avais pas fumé une seule cigarette. Oui, je suis content. Je ne pensais jamais y arriver, mais il s’est produit un miracle. Ce qui est merveilleux, c’est que je n’ai jamais eu une seule minute de rage, que des envies faciles à tasser, à oublier. Je n’aurais jamais cru.

J’ai pu arrêter indirectement grâce à une opération chirurgicale. Le 11 février 2019, je subissais un pontage fémoral, une coupure d’une douzaine de pouces au bas du ventre. J’ai demandé à ce qu’on me mette des patches de nicotine pendant mon hospitalisation prévue pour moins d’une semaine. Des complications m’ont cloué au lit pendant 11 jours, patché et non-fumeur. Quand je suis sorti du CHUM, j’étais sevré, le problème de la cigarette était réglé. Je venais de réaliser un de mes rêves sans le moindre effort.

Et, aujourd’hui, vous pouvez fumer devant moi, ça ne me dérange pas du tout. Je trouve même que ça sent bon. Mais je vous souhaite tout de même d’arrêter, ça fait du bien.

BEDING-BEDANG 

  • Alors qu’il dirigeait les Rangers à New York, John Tortorella a déjà « benché » deux placiers. 
  • Nouvelle maladie du vin. Le cellier convid. 
  • L’Inde nous enverra des vaccins. On passe de New Délais à New Delhi. 
  • Retour à Montréal du chef de police Pichet. Ça donne la soif. 
  • Chez Bombardier, on manque de monde pour en congédier. 
  • Les profits de la SQDC sont gelés. 
  • N’oubliez pas que les hommes ont toujours raison, mais que les femmes n’ont jamais tort. 
  • Sur le parechoc arrière de sa voiture : « Je roule à quatre vins. » C’est vrai que c’est moins pire qu’à « sans vin ». 
  • C’est pas le fun vieillir, mais c’est la seule façon de vivre longtemps. 
  • Regardant ses parents, un bébé se dit : « C’est peut-être vous qui décidez quand je dois me coucher, mais c’est moi qui décide quand vous allez vous lever. »   

À DEMAIN AUX SPORTS