/sports/racing
Navigation

La pluie après le... chaos au Daytona 500

Coup d'oeil sur cet article

La journée a été longue, tellement longue qu’au moment où ces lignes ont été écrites, en fin de soirée, le gagnant de la prestigieuse épreuve des 500 Milles de Daytona n’était toujours pas connu.

• À lire aussi: Expérience enrichissante pour Bergeron

Cette classique annuelle, qui donne le coup d’envoi de la nouvelle saison en Coupe NASCAR, s’est pourtant amorcée à l’heure prévue, vers 14 h 45 dimanche après-midi.

Puis, à peine 14 tours après le signal du départ, un carambolage impliquant 16 voitures est venu interrompre les débats.

« The Big One »

Un accident de cette ampleur, appelé « The Big One » est toujours attendu dans ce genre de courses disputées sur des anneaux de vitesse, mais certainement pas de façon aussi prématurée.

Puis quelques minutes plus tard, alors qu’on s’affairait à retirer les bolides endommagés et les débris jonchant le circuit, la pluie attendue s’est manifestée, forçant les pilotes à s’immobiliser dans les puits de ravitaillement. Des éclairs visibles à proximité des lieux ont aussi incité les responsables du circuit à évacuer les spectateurs et à les diriger vers des abris sous les tribunes.

La faute à Busch ?

Ce qu’est que sous le coup de 21 h que la compétition a pu reprendre après une très longue pause.

La reprise vidéo de l’accident montre que Kyle Busch, qui occupait le cinquième rang dans la longue ligne droite arrière du tracé, a légèrement touché le bolide de son coéquipier Christopher Bell.

Ce dernier, déstabilisé, est venu ensuite frapper l’arrière de la voiture d’Aric Almirola qui, à son tour, a causé la perte d’Alex Bowman, détenteur de la position de tête sur la grille de départ.

Busch et Bell n’ont toutefois pas trop souffert puisqu’ils se sont retrouvés dans le peloton de tête quand le drapeau vert a pu enfin être agité en soirée.

Dix des 16 pilotes impliqués dans l’accident n’ont pas eu la même chance puisqu’ils ont été contraints à l’abandon en raison de dommages trop importants, dont Almirola, Bowman, Ryan Blaney, Erik Jones et Ryan Newman.

Trois tours et puis s’en va

Le premier drapeau jaune de la course a été déployé après seulement trois tours quand le vétéran Derrike Cope, victime d’une crevaison, n’a pu éviter le contact avec un mur de protection.

C’était déjà la fin des émissions pour celui qui est devenu, à 62 ans, le deuxième pilote le plus âgé de l’histoire à participer au Daytona 500. Le record est détenu par Mark Thompson qui avait pris le départ de l’épreuve en 2018 à l’âge de 66 ans.

  • À notre heure de tombée, le meneur de la course était nul autre que Denny Hamlin qui tentait de devenir le tout premier pilote à signer trois victoires consécutives au Daytona 500.