/news/society
Navigation

Saint-Valentin: certains ont hâte que la journée soit passée

Coup d'oeil sur cet article

La Saint-Valentin, qui devrait être perçue comme un moment de bien-être et de réjouissance pour les couples, peut malheureusement devenir une journée difficile pour certains, après des mois de pandémie où la dynamique de leur relation a changé.

«La dernière année a été très, très exigeante pour plusieurs, dont les couples, on ne se le cachera pas», a indiqué dimanche Eugénie Larrivée, sexologue et psychothérapeute en entrevue à l’émission Le Québec matin, de LCN.

«Certains se sont retrouvés parfois à cohabiter 24 heures sur 24. Pour certaines personnes, on a vu des rapprochements dans la sexualité au niveau de l’intimité, alors que pour d’autres, on a vu un plus grand éloignement, un sentiment de déconnexion qui a engendré des problèmes sexuels», a expliqué la spécialiste.

Certains spécialistes ont d’ailleurs confirmé, au cours de la dernière année, que les demandes d’aide pour les couples ont augmenté de façon importante pendant la pandémie.

Par ailleurs, plusieurs personnes en couple ressentent une pression à l’idée d’avoir des relations sexuelles le jour de la Saint-Valentin.

«C’est un peu ce qu’on entend dans le bureau, comme quoi nécessairement la fête de l’amour est aussi associée à la sexualité. Je ne vous cacherai pas que j’en entends parler au cours des dernières semaines déjà. Que certains ont hâte que cette journée-là soit passée. On n’a pas vraiment le goût de vivre des rapprochements, ce qui est un peu dommage, parce que cette journée-là est symbole de légèreté, d’intimité harmonieuse», a précisé Mme Larrivée.

Elle suggère alors aux couples de ne pas se laisser emporter par cette pression en essayant de visualiser la journée de façon différente.