/entertainment/opinion/columnists
Navigation

La guerre des étoiles

Gina Carano
Photo AFP Gina Carano

Coup d'oeil sur cet article

Aux États-Unis, la « culture de l’annulation » a encore frappé.

Gina Carano, une comédienne qui joue dans une série tirée de l’univers Star Wars, a été virée à cause de niaiseries écrites sur les médias sociaux. « Lucasfilm, une filiale de Disney, a annoncé que Gina Carano ne ferait plus partie de la distribution de la populaire série Le Mandalorien (The Mandalorian) ».

Misère ! Si on devait renvoyer tous les acteurs ou actrices qui disent des niaiseries, écrivent des niaiseries ou pensent des niaiseries, il n’y a plus grand monde qui travaillerait !

Sauve qui peut !

Vous avez sûrement entendu parler de cette histoire. Comme moi, vous avez lu que cette ancienne spécialiste des arts martiaux, reconvertie en actrice, avait tenu des propos « odieux ».

Vous avez sûrement aussi lu ceci : « Une publication comparant le climat politique actuel des États-Unis à celui qui régnait en Allemagne nazie semble avoir été la goutte qui a fait déborder le vase ».

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Mais voici exactement ce que Gina Carano a dit : « Les juifs ont été battus dans les rues, pas par des soldats nazis, mais par leurs propres voisins, même par des enfants. Parce que l’histoire est trafiquée, la plupart des gens aujourd’hui ne réalisent pas que pour en arriver à ce que les soldats nazis puissent facilement rafler des milliers de juifs, le gouvernement a d’abord fait en sorte que leurs propres voisins les détestent parce qu’ils étaient juifs. En quoi est-ce différent de détester quelqu’un pour ses opinions politiques ? »

Je ne dis pas que sa comparaison tient la route, mais nulle part dans cette publication sur les médias sociaux Carano ne lance d’appel à la haine.

Comme l’a dit l’analyste des médias Rob Enderle à Forbes : « Carano a des idées conservatrices que je ne partage pas, mais je ne vois pas où elle a incité à la violence ni où elle a dépassé les limites du bon comportement ».

Au cours des derniers mois, Carano a été au cœur de plusieurs controverses.  

  1. Elle a écrit sur Twitter qu’elle voulait que les gens l’appellent « Beep/bo/boop ». Des militants transgenres se sont sentis attaqués et l’ont traitée de « transphobe ».    
  2. Elle est anti-masque. C’est peut-être niaiseux, mais est-ce un crime ? Surtout quand on se rappelle qu’au début de la pandémie, le Dr Arruda et plein d’autres éminents scientifiques nous mettaient en garde contre le masque.  
  3. Elle a partagé des publications laissant entendre que les élections avaient été volées. C’est nono, mais est-ce un crime ?  
  4. Carano s’est fait traiter de nazie parce qu’elle a publié sur Twitter une photo d’un rassemblement nazi de 1936.    

Saut que... la photo en question montre une multitude de gens faisant le salut nazi et parmi eux, un seul homme qui refuse et se tient les bras croisés.

Tout le monde dehors !

Si on mettait à la porte tous les acteurs et actrices qui disent des niaiseries, John Travolta et Tom Cruise perdraient leur boulot à cause de leur passion pour l’église de scientologie...

Et que dire de tous ces comédiens québécois qui appuient le mouvement ‘‘woke’’, qui n’est pas à un dérapage près ?