/opinion/columnists
Navigation

Le manque de courage des républicains

ÉLECTION USA TRUMP Maison Blanche
Photo d'archives, AFP Donald Trump lors d’une conférence de presse à la Maison-Blanche en septembre dernier.

Coup d'oeil sur cet article

L’ex-président des États-Unis, Donald Trump, a beau avoir perdu ses élections et être privé de sa plateforme Twitter, il continue de faire trembler les républicains. 

Ils ont tellement peur de se le mettre à dos que même le leader de la minorité républicaine au Sénat, qui se dit convaincu que Trump est concrètement et moralement responsable de l’assaut du Capitole, a voté pour son acquittement.  

Pour cacher son manque de courage, Mitch McConnell s’est réfugié derrière un argument procédural selon lequel le Sénat n’a pas le pouvoir constitutionnel de destituer un ancien président républicain devenu simple citoyen. 

De toute évidence, lui et son caucus ne voulaient pas porter l’odieux d’avoir condamné leur ancien président. 

Ils préfèrent laisser la justice pénale et civile faire le travail.

Il y a quand même sept sénateurs républicains qui ont osé se joindre aux 50 démocrates pour le juger coupable

C’était insuffisant pour le condamner, il en manquait encore 10, mais c’est quand même un précédent. Jamais dans l’histoire des États-Unis il n’y a eu autant de sénateurs qui ont fait défection pour juger coupable un président de leur propre équipe, un ancien dans ce cas-ci. Je félicite leur audace et leur caractère !

Quand on sait de quoi Donald Trump est capable, un homme puissant, bagarreur et intimidant, prêt à dire n’importe quel mensonge pour écraser les gens qui tentent de lui mettre des bâtons dans les roues, on peut comprendre que plusieurs républicains préfèrent ne pas se le mettre à dos. 

Un noyau dur qui fait peur

Le 45e président des États-Unis a beau en avoir dégoûté plus d’un dans son camp, le parti républicain sait très bien que Donald Trump a un noyau dur, une base qui est capable de se mobiliser rapidement pour son gourou.  

Si les républicains souhaitent reprendre le pouvoir dans quatre ans, ils ne veulent pas se mettre à dos ce noyau dur qui pourrait très bien suivre le célèbre milliardaire au sein d’un nouveau parti qu’il pourrait lancer. 

En même temps, les républicains auront de la difficulté à écarter de la course leur ancien président, si ce dernier souhaite faire un retour. 

Ils doivent donc vraiment espérer que la justice pénale fasse le travail afin de le disqualifier pour les prochaines élections, ce qui faciliterait la venue de candidatures beaucoup plus intéressantes.  

Plusieurs républicains doivent s’en mordre les doigts aujourd’hui d’avoir fait entrer le loup dans la bergerie, en 2016. 

Il leur a peut-être livré une belle victoire, une seule, mais il laisse un bien triste héritage derrière lui. 

Son attitude et son comportement après la défaite électorale sont la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

mauvais message

Mais l’héritage que laissent derrière eux les sénateurs républicains qui ont voté en faveur de l’acquittement de Donald Trump n’est pas plus glorieux. 

Même si plusieurs d’entre eux estiment que Donald Trump a dépassé les bornes, ils n’ont pas osé suivre leur propre jugement. Ils ont envoyé un très mauvais message en se cachant derrière un argument procédural. Reste à voir comment l’histoire les jugera.