/finance
Navigation

Le ministre de l’Agriculture ignorait que les vaches sont nourries à l'huile de palme

Il affirme avoir appris cette pratique aujourd’hui par la bouche de certains fromagers

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre de l’Agriculture du gouvernement Legault n’était pas au courant que certaines vaches laitières québécoises sont nourries à l’huile de palme, a confirmé son cabinet au Journal, mardi. 

• À lire aussi: De l’huile de palme des tropiques pour nourrir les vaches du Québec

«Nous avons appris ce matin l’existence d’une telle pratique chez les producteurs laitiers», a déclaré André Lamontagne, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, par la bouche de son attachée Laurence Voyzelle.  

Lundi, Le Journal a fait part des préoccupations de certains fromagers qui craignent que le fait de nourrir les vaches à l’huile de palme ne vienne détériorer par la suite la consistance de certains produits laitiers. 

D’autres membres de l’industrie avaient également pointé du doigt les ravages environnementaux causés par la culture de l’huile de palme controversée.

Des interrogations

Des accusations rejetées du revers de la main par les Producteurs de lait du Québec (PLQ), qui ont cependant reconnu qu’entre 20 et 25% des producteurs utilisent bel et bien l’huile de palme pour des vaches qui ont de la difficulté avec la lactation. 

«Le changement de consistance dans le lait, on le questionne. Il n’y a pas de faits qui démontrent cela», avait rétorqué au Journal François Dumontier, directeur des communications des PLQ, en faisant falloir que les producteurs sont conscients des incidences environnementales et des désavantages financiers du produit.

Or, mardi, le ministre de l’Agriculture a dit suivre maintenant la situation de près, notamment pour mieux comprendre l’éventuel impact que pourrait avoir cette pratique sur les produits consommés par les Québécois. 

«Nous sommes à l’affût des interrogations que cela peut susciter, particulièrement chez les consommateurs», a souligné son cabinet.

«Nous analysons et suivons la situation de près», a-t-il conclu.