/news/education
Navigation

Pandémie: le nombre de cégépiens avec des idées noires a doublé

Lonely sad woman cry and hug her knees sitting in the dark corner ,Sad woman Unhappy and stressed student on the campus ,Family problems and education concept
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Plus de 60% des étudiants au cégep disent que leur santé psychologique s’est détériorée depuis le début de la pandémie. Plus inquiétant encore: 6% d'entre eux ont eu des pensées suicidaires, soit deux fois plus qu’avant la crise sanitaire.

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

C’est la conclusion d’une vaste enquête menée l’automne dernier par la firme SOM pour le compte de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ).

En prenant compte de l’ensemble des résultats lundi, la FECQ a directement interpellé la ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann.

«Le plan d'action national en santé psychologique de la ministre McCann visera à pallier ces problématiques à long terme, mais pour ce faire, il faudra que lui soit octroyé un financement à l'image de la détresse étudiante actuelle», a réagi par communiqué la présidente de la fédération, Noémie Veilleux.

Le plan jusqu’ici annoncé par la ministre comprend 17 M$, notamment pour améliorer l’accès à l’aide psychologique, mais il n’entrera en vigueur que l’automne prochain.

D’ici là, la détresse est vive chez les cégépiens. Alors que 64% affirment que leur santé psychologique a pris un coup depuis le début de la pandémie, 10% des étudiants en situation précaire reconnaissent avoir pensé au suicide.

Qui plus est, les cours en ligne sont pénibles pour une bonne partie d’entre eux. Toujours selon l’enquête commandée par la FECQ, 27% des collégiens n’ont pas accès à un endroit calme et propice à la concentration chez eux.

La pandémie fait aussi mal aux étudiants à besoins particuliers, nous apprend l’étude. En effet, près de 65% des étudiants en situation de handicap n’ont reçu aucun service en lien avec leur condition entre le début de la crise et l’automne.