/sports/ski
Navigation

Ski alpin : le slalom glacé ne pardonne pas aux mondiaux

Ski alpin : le slalom glacé ne pardonne pas aux mondiaux
AFP

Coup d'oeil sur cet article

(Sportcom) – Marie-Michèle Gagnon et Valérie Grenier ont été du nombre des 14 participantes qui ont été sorties de piste à la manche du slalom du combiné des Championnats du monde de ski alpin, lundi, à Cortina d’Ampezzo en Italie. 

Le parcours glacé n’a laissé aucune chance aux spécialistes de la vitesse et c’est l’Américaine Mikaela Shiffrin qui s’est imposée, récoltant du même coup le sixième titre mondial de sa carrière.

Troisième après la première manche de super-G et première du slalom avec un temps cumulatif de 2 minutes 07,22 secondes, Shiffrin a devancé la Slovaque Petra Vlhova (+0,86 s) et la Suisse Michelle Gisin (+0,89 s).

La semaine dernière, Gagnon avait mentionné avoir hâte de s’élancer au combiné, car la piste de slalom n’était pas trop difficile. Ce sont plutôt les conditions de celle-ci qui ont été ardues lundi.

«La piste de super-G était la même que pendant toute la semaine avec de la neige parfaite. Celle de slalom, ils [les organisateurs] l’ont injectée et c’était une vraie patinoire. Pour les skieuses de vitesse qui n’ont pas la chance de faire plusieurs entraînements sur la glace et d’avoir les réglages parfaits d’équipement dans ces conditions, c’était carrément impossible. C’est vraiment dommage et c’est la pire course de slalom que j’ai faite depuis longtemps», a analysé Gagnon.

Après la première manche de super-G, l’athlète de Lac-Etchemin était 11e (+0,68 s) et Valérie Grenier 13e (+0,91 s).

«C’est dommage qu’ils fassent ça aux Championnats du monde, d’autant plus qu’avant, la surface était parfaite. J’aurais aimé voir ce que j’aurais pu faire sur une piste normale. [...] Et au final, on a vu que c’était trois slalomeuses en avant et ensuite, c’était un gros écart après la troisième place. Ce n’était pas équitable selon moi.»

Si les conditions sont similaires au slalom féminin de samedi, Marie-Michèle Gagnon croit que cela pourrait être à l’avantage de sa coéquipière Laurence St-Germain, une spécialiste de cette discipline.

«Laurence, elle est vraiment capable et elle s’est préparée sur la glace cet hiver. Elle est très forte et en plus, elle partira dans le top-7. Ce sera une première pour elle et elle est super contente. Je pense qu’elle pourrait faire une belle course.»