/news/health
Navigation

Des chirurgiens jouent le rôle d'infirmières

Coup d'oeil sur cet article

La pénurie d'infirmières est tellement criante au Québec que des médecins doivent quelques fois changer de rôle en salle d'opération pour s'assurer que des chirurgies ne soient pas reportées. 

C'est ce qui se produit au Centre de chirurgie DIX30 de Brossard, le plus grand centre de chirurgies privé au Canada. On y pratique environ 27 000 chirurgies en un an. Même si c'est une clinique privée, les patientns n'ont rien à débourser puisque c'est le gouvernement qui paye. 

La clinique qui comptait déjà six salles de chirurgie en a ajouté deux pour la somme de 2 millions de dollars. Grâce à ces investissements, on peut maintenant procéder à une cinquantaine de chirurgies des cataractes de plus par jour. 

Les heures d’ouverture de la clinique ont été modifiées afin de permettre de faire plus d’opérations. En tout, ce sont environ 125 chirurgies qui sont réalisées dans cette clinique chaque jour.

En raison du manque de personnel infirmier, des chirurgiens ont décidé de changer de rôle. C’est notamment le cas d’Hugo Viens, chirurgien orthopédiste et copropriétaire Chirurgie DIX30.

«J’étais en orientation parce que quand on est une nouvelle infirmière, les premières expériences on dit qu’on est orienté. Mon rôle aujourd’hui c’est d’apprendre les techniques des infirmières», raconte le Dr Viens.

Comme la majeure partie de ses opérations ont été reportées, il s’est retrouvé avec plus de temps libre et le désir de s’assurer que les patients subissent leur chirurgie. 

Le directeur général Normand Laberge affirme que si la clinique voulait faire plus de chirurgies les soirs et la fin de semaine, elle aurait besoin d’une trentaine d’infirmières.

Pas question d'aller chercher des infirmières dans le réseau de la santé. «On travaille pour le réseau donc ce serait déshabiller Paul pour habiller Pierre. On doit donc trouver des façons de ramener des retraités, d'aller chercher des étudiantes pour les faire intégrer ici», précise M. Laberge.