/sports/opinion/columnists
Navigation

Il faut aider les nouveaux utilisateurs

Dans la situation actuelle, profitez-en pour découvrir votre région. Il doit certainement y avoir de petits coins que vous ne connaissez pas encore.
Photo courtoisie, Karl Tremblay Dans la situation actuelle, profitez-en pour découvrir votre région. Il doit certainement y avoir de petits coins que vous ne connaissez pas encore.

Coup d'oeil sur cet article

Après l’épisode de fermeture du printemps dernier, lorsque les différents concessionnaires ont pu rouvrir leurs portes, ils ont vécu une véritable tempête avec la vente des quads. Cela s’est traduit par un achalandage plus grand des sentiers partout au Québec.

« Oui, il y a énormément de nouveaux utilisateurs dans les sentiers, d’expliquer le directeur général de la Fédération québécoise des clubs quad, M. Danny Gagnon. Cette augmentation de nouveaux nous a amenés à comprendre qu’il fallait absolument les informer sur l’activité et la saine pratique. »

Pour ce faire, le spécialiste nous a donné sa liste de règles qu’il invite les quadistes à suivre. « Nous avons reçu des plaintes sur différents éléments qui touchent la pratique du quad. Voici donc ce qui, je crois, représente les principes à respecter pour connaître une belle saison. »

SES CONSEILS

« La première chose à faire, c’est de se procurer un droit d’accès. Ils peuvent le faire virtuellement sur le site : www.fqcq.qc.ca. Deuxièmement, tous modèles confondus, en tout temps, la limite de vitesse est de 50 kilomètres-heure en sentiers. Comme troisième conseil, je leur rappellerais que l’on a le droit de traverser la route ou de circuler sur la route, uniquement aux endroits où la signalisation l’autorise. En quatrième lieu, je les invite à se rappeler que l’identification d’un sentier se fait par des poteaux de couleurs. Si ces derniers sont rouges, c’est un sentier de motoneige. Pour le quad, ils sont bleus. Pour mes conseils suivants, je leur rappellerais qu’il est obligatoire d’avoir une assurance responsabilité, que la distanciation est applicable en tout temps et de consulter les sites des clubs locaux pour connaître la liste des activités. Aussi, si vous transportez un passager sur un siège qui a été adapté sur un modèle à une place, il faut suivre une formation. Pour les deux places de compagnie, ce n’est pas nécessaire. Enfin, si vous transportez un enfant dans un côte-à-côte, il doit être en mesure de tenir par lui-même la poignée de sécurité, pour que tout soit légal. »

LA POPULARITÉ NE DIMINUE PAS

Après avoir connu une légère baisse au début de l’hiver, les ventes de VTT sont revenues en force dernièrement.

« Je peux dire que depuis un mois, la demande pour le VTT est repartie en force, d’expliquer le directeur des ventes terrestres chez Adrénaline Sports de L’Ancienne-Lorette, M. Robert Gingras. Nous ne sommes pas capables de suffire à la demande. Les quads que nous vendons aujourd’hui seront livrables en juin, juillet, août et septembre. Pour vous donner un exemple, pour la commande de février, elle était de 20. Je n’en ai reçu que trois. Je suis donc à moins 17 pour cette période. »

L’utilisation des chenilles sur un VTT en hiver est de plus en plus populaire.

« Pour les chenilles, nous avons établi des ventes record. Parfois, les gens entraient chez nous pour acheter une motoneige et comme nous n’en avions plus, souvent la personne s’achetait un quad équipé de chenilles. »

Au total, M. Gingras nous confiait que cette saison, chez Andréaline, les ventes dans le quad sont le double de celles d’une saison normale. BRP construit une usine pour les côtes-à-côtes qui devrait être en fonction en août prochain.

SM SPORT

Même son de cloche du côté de SM Sport, qui offre cinq marques aux amateurs.

« Depuis 46 ans, nous sommes d’abord et avant tout un concessionnaire Yamaha, d’expliquer le copropriétaire M. Dave Marcotte. Avec les années, nous avons ajouté les produits Suzuki, Arctic Cat, CF Moto et dernièrement Polaris. Nous vivons une période de vente renversante. Il faut avouer toutefois que nous avons une problématique d’approvisionnement. Tout entre au compte-gouttes. Cela s’explique le plus souvent par le fait que les fabricants ont de la difficulté à se procurer certaines pièces pour bâtir leurs véhicules. »

Dans le domaine depuis plus de 20 ans, M. Marcotte avoue que la situation actuelle est exceptionnelle.

« C’est la première fois de ma vie que je vois une telle chose. Je ne crois pas que nous allons revivre cela parce qu’une pandémie, ça n’arrive pas à tous les jours et c’est tant mieux. »

CHENILLES

Pour les chenilles, les ventes sont au rendez-vous.

« Présentement, nous n’avons plus d’ensemble de chenilles en main. Si quelqu’un se présente demain matin pour en acheter, il faut qu’il soit prêt à attendre plus d’un mois pour les recevoir. Présentement, tout ce que nous avons dans ce domaine, c’est sur deux modèles dans la salle de montre que nous avons équipés de chenilles. Vraiment, nous avons vécu une saison record dans ce domaine. »

Rappelez-vous qu’en raison de la pandémie, il est conseillé de ne pas changer de région. Assurez-vous de respecter à la lettre les consignes de la Santé publique.