/portemonnaie/business
Navigation

Un Québécois empoche un million $ grâce à GameStop

GEN - JASON MONAHOVIOS INVESTISEUR AMATEUR
Photo Martin Alarie Jason Monahoyios aurait pu empocher 8 millions $ avec ses actions de GameStop, mais il s’est laissé emporter par la vague de frénésie boursière.

Coup d'oeil sur cet article

Pendant que Wall Street perdait des millions de dollars dans la saga boursière GameStop, un Québécois de 28 ans en a profité pour gagner son premier million, rien de moins.

• À lire aussi: Investisseurs de Reddit: après GameStop... le cannabis

• À lire aussi: Un jeune Québécois achète de la pub pour défier Wall Street

Début janvier, Jason Monahoyios achète 15 717 actions de l’entreprise à 19 $ chacune. Quelques jours plus tard, il les revend à 64 $. Résultat : il touche 1 005 888 $. 

Entre l’achat et la vente, le titre de GameStop est monté à près de 500 $. Théoriquement, le natif de Rosemère, près de Montréal, aurait pu empocher la rondelette somme de 8 millions $. 

« J’étais vraiment déprimé quand j’ai vendu », raconte le jeune homme, qui travaille comme gestionnaire pour une entreprise qui achète et vend de gros volumes de produits chimiques. « Mon frère m’a regardé et m’a dit : “tu vas apprendre pis tu vas continuer”. J’ai appris qu’il ne faut pas laisser le moment t’influencer », dit-il d’un ton sérieux. 

Et qu’a fait le boursicoteur amateur avec son premier million ? « J’ai déjà tout réinvesti, entre autres dans des compagnies américaines de technologie et d’énergie renouvelable. » 

  • Écoutez la chronique de Pierre-Olivier Zappa sur QUB radio

Pas un activiste

Pas de folies, donc, pour Jason Monahoyios, qui investit « tout l’argent qu’il ne dépense pas » depuis à peu près trois ans. Il a découvert WallStreetBets à ce moment-là.

C’est entre autres depuis ce forum du site Reddit qu’a commencé la saga GameStop. La chaîne de magasins de jeux vidéo était la cible de fonds spéculatifs qui misaient sur sa chute imminente. 

En ligne, des investisseurs amateurs se sont alors ligués pour pousser le titre à la hausse et ainsi exposer les bonzes de Wall Street, qui ont dû racheter à fort prix fort des actions dont ils avaient anticipé le recul.

« J’ai vu WallStreetBets passer de quelques centaines de milliers de personnes à 8 millions en une semaine », lance-t-il. 

Il aimait bien ce forum, une « bonne source d’information sur des compagnies moins conventionnelles et plus risquées qu’on ne retrouve pas dans les rapports des grandes banques ». 

Mais il ne fait pas partie de ceux qui ont misé sur GameStop pour narguer Wall Street. Il trouve que le forum n’est plus ce qu’il était, qu’il a été noyauté par « une communauté de conspirationnistes ». 

Leçon payante

Oui, Jason avait souvent entendu parler de GameStop sur WallStreetBets, mais c’est quand il a découvert que Ryan Cohen, le fondateur de chewy.com, était devenu un important investisseur de l’entreprise qu’il a décidé d’investir. 

« C’est LA chose qui m’a vraiment convaincu que c’était une énorme opportunité qu’il ne fallait pas manquer », s’exclame-t-il.

La présence de Cohen lui donnait confiance en l’avenir de l’entreprise. Mais la spéculation dont le titre de GameStop était l’objet a brouillé les cartes : la valeur du titre ne cessait de monter. 

Il fallait maintenant choisir entre son instinct d’investisseur, qui lui disait de vendre, et le mot d’ordre sur WallStreetBets : conserver le titre. Il l’aura finalement conservé un peu trop longtemps. 

« Si je m’étais écouté, j’aurai vendu à 500 $ », philosophe-t-il. En plus d’empocher, 1 million $ dans l’aventure, il aura donc appris à se faire confiance. Une leçon payante, quoi. 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux