/news/politics
Navigation

Contrôle des armes à feu: Montréal déçue par le projet de loi fédéral

Contrôle des armes à feu: Montréal déçue par le projet de loi fédéral
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Montréal est déçue du contenu du projet de loi C-21 sur le contrôle des armes à feu présenté mardi par le gouvernement fédéral. 

• À lire aussi: Ottawa permettra aux villes d’interdire les armes de poing

• À lire aussi: Condamné à déplaire

Avec ce projet de loi, le gouvernement de Justin Trudeau n'a pas l'intention de bannir totalement la possession d'armes de poing, comme l'aurait souhaité la mairesse Valérie Plante.

«Il est décevant de constater que le projet de loi C-21 ne répond que partiellement à cet objectif», a déploré l'administration montréalaise dans un communiqué publié mercredi.

Le projet de loi, tel que déposé par le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Bill Blair, soulève d’énormes enjeux sur son application par les villes. En laissant le pouvoir d'actions aux municipalités sur le contrôle des armes de poing sur leur territoire, le gouvernement Trudeau «rate une occasion en or de légiférer pour établir des règles claires, harmonisées et efficaces à l’ensemble du territoire canadien», déplore la Ville de Montréal.

En effet, la restriction de ces armes reviendra aux municipalités, qui pourront en interdire l’entreposage à domicile ou à l’intérieur des limites municipales. Cette interdiction pourrait aller jusqu’au simple transport des armes en territoire municipal.

Quelques jours après qu'une adolescente de 15 ans ait perdu la vie dans une fusillade dans l'arrondissement de Saint-Léonard au début du mois, la mairesse Plante avait lancé un appel à l'aide au gouvernement Trudeau pour un meilleur contrôle des armes à feu.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Le fédéral doit être à l'écoute des villes

L'opposition officielle à l'Hôtel de Ville de Montréal demande au gouvernement fédéral d’être à l’écoute des villes à travers le pays et de mettre en place des mesures pancanadiennes qui auront pour résultat de réduire le nombre d’armes à feu en circulation.

«En ne légiférant pas de façon nationale, le fédéral se déresponsabilise et rejette le fardeau de l’entreposage et du transport des armes de poing dans la cour des municipalités qui adopteront des règlements disparates et incohérents d’un territoire à l’autre», indique le chef d'Ensemble Montréal, Lionel Perez, dans une déclaration écrite. 

  • Écoutez l'entrevue avec Suzanne Roy, présidente de l'Union des Municipalités du Québec (UMQ) sur QUB radio