/en5minutes
Navigation

Le plus vieil ADN du monde séquencé sur un mammouth

Le plus vieil ADN du monde séquencé sur un mammouth
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le plus vieil ADN du monde jamais séquencé, datant de plus d’un million d’années, a été récupéré sur des dents de mammouths enfouies dans le pergélisol en Sibérie, révèle une étude publiée mercredi.

Les analyses menées sur trois spécimens de mammouths, apportent un nouvel éclairage sur l’âge de glace, quand régnaient les grands mammifères, et l’héritage du mammouth laineux, dont les derniers survivants ont disparu il y a seulement 4000 ans de l’île de Wrangel, au large de la Sibérie. 

Les génomes décryptés dépassent de loin le plus ancien ADN jamais séquencé jusqu’ici, celui d’un cheval vieux de 500 000 à 700 000 ans.

Ici, l’ADN (le support de l’information génétique, appelée génome) « est incroyablement ancien. Les échantillons sont mille fois plus vieux que des restes de Vikings, et même antérieurs à l’existence des hommes modernes et des Néandertaliens », s’émerveille Love Dalen, du Centre de paléogénétique de Stockholm, qui a supervisé l’étude publiée dans la revue Nature.

Les fossiles ont été découverts dans les années 1970 en Sibérie, dans du pergélisol (du sol gelé en profondeur, aussi appelé pergélisol), et conservés à l’Académie russe des sciences, à Moscou. 

Les chercheurs ont d’abord réussi à dater les dents (des molaires) en les comparant à d’autres espèces, comme des petits rongeurs, réputées pour avoir été uniques à des périodes particulières, et retrouvées dans les mêmes couches sédimentaires.

Ces premières comparaisons ont suggéré que deux des grands mammifères étaient d’anciens mammouths des steppes âgés de plus d’un million d’années. Le plus « jeune » des trois, d’environ 800 000 ans, était le plus ancien mammouth laineux (une espèce qui a divergé du mammouth des steppes) jamais découvert.