/world/usa
Navigation

Pannes majeures des services essentiels à Houston: un Québécois au cœur de la catastrophe

Coup d'oeil sur cet article

Difficultés pour se procurer de la nourriture, système d’eau potable qui ne fonctionne plus, panne électrique majeure, et le tout en pleine pandémie. La situation est tellement intenable à Houston au Texas qu’un Québécois qui y réside, Louis Conrad Migneault, a choisi de revenir au Québec pour y trouver refuge. 

• À lire aussi: États-Unis: la vague de froid se poursuit, les coupures d’électricité aussi

• À lire aussi: Retards de livraison de vaccins à cause de la tempête hivernale aux États-Unis

En entrevue avec Julie Marcoux à 100% Nouvelles et toujours à Houston dans sa chambre d’hôtel, il a décrit la catastrophe qui est en train de se produire dans cette ville de plus de 2 millions d’habitants, peu habituée au froid. 

AFP

«On ne peut pas manger, les épiceries sont fermées, les restaurants sont fermés, on ne peut pas tirer la chasse d’eau de la toilette ou prendre une douche, évidemment», raconte-t-il, dépassé par les événements. 

Pire encore, les autorités ne savent pas encore à quel moment les services essentiels seront rétablis. Le maire de Houston a déclaré en début d’après-midi mercredi que la situation pourrait perdurer encore quelques jours.

Selon les informations de ce Québécois sur place, 99% des gens à Houston n’ont pas d’eau et environ 60% de population est sans courant. Bien qu’il y ait du délestage afin de fournir du courant à tour de rôle à la population, certaines zones ne semblent jamais avoir d’électricité. 

AFP

«On a réussi à trouver un hôtel contre vents et marées, parce que là, il faut s’attacher, se promener en voiture pour en trouver. L’internet n’est pas fiable. Y’a des gens qui dorment dans les lobbys d’hôtel avec leur bébé parce qu’il n’y a pas de chambres», observe-t-il. 

Et cette crise ne touche pas que les personnes démunies ou vulnérables: personne n’est épargné, soutient le Québécois. 

«On est tous dans le même bateau. Des professionnels, des gens de tout acabit dorment dans leur voiture à l’extérieur», s’exclame-t-il. 

AFP

Le défi principal de M. Migneault qui est avec son épouse est de trouver à manger. 

«Croyez-le ou non! Je ne pensais pas que ça m’arriverait un jour dans ma vie: trouver de la nourriture!»

Il prévoit quitter le Texas jeudi matin pour atterrir à Burlington afin de rejoindre le Québec. 

«Il faut partir d’ici! C’est insoutenable!»

Intérêts privés

Cette crise met en lumière la défaillance du système électrique, qui est géré par des intérêts privés. Le manque d’entretien du réseau combiné aux records de froid ont provoqué les pannes majeures.  

Selon le site Poweroutage.us, qui recense les coupures de courant aux États-Unis, plus de 3,1 millions de foyers et entreprises du Texas restaient sans électricité mercredi à la mi-journée.

La pénurie d'électricité a été aggravée par l'arrêt de plusieurs centrales électriques au gaz et d'éoliennes, du fait des conditions glaciales.

Plus d'une trentaine de décès sont liés au mauvais temps hivernal selon les médias américains, et les autorités ont exhorté les Américains à la prudence.

Et le Texas n'est pas sorti d'affaire: davantage de neige pourrait s'y abattre, a prévenu le NWS.

- Avec l'AFP