/finance/business
Navigation

Un producteur laitier veut pénaliser l’utilisation de l’huile de palme

Il veut décourager cette pratique controversée qui fait du tort à l’industrie selon lui

Un producteur laitier veut pénaliser l’utilisation de l’huile de palme
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Un producteur de lait de l’Estrie souhaite pénaliser ceux qui mettent de l’huile de palme dans la nourriture de leurs vaches pour laver la réputation des trois quarts de ses confrères qui ne touchent pas à ce produit.  

• À lire aussi: Le ministre de l’Agriculture ignorait que les vaches sont nourries à l'huile de palme

• À lire aussi: De l’huile de palme des tropiques pour nourrir les vaches du Québec

« Les 75% des producteurs qui ne l’utilisent pas souhaitent que l’on fasse quelque chose parce ça entache leur réputation », a déploré au Journal Michel Brien, copropriétaire de la Ferme Mylixy de Racine et vice-président de l’UPA-Estrie. 

Mercredi, le producteur de lait a fait une sortie dans La Tribune pour dire qu’il présenterait une résolution le 23 février prochain pour pénaliser les producteurs qui utilisent l’huile de palme pour nourrir leurs vaches. 

Joint par Le Journal, le producteur a ajouté une couche. 

« Pour la réputation des producteurs, pour le côté environnemental, et pour la qualité du produit, on veut que le lait, qui a bonne presse, reste un bon produit», a insisté Michel Brien.

Désavantage financier

Par exemple, si le lait de 4% de matières grasses monte jusqu’à 4,5% de matières grasses en ajoutant de l’huile de palme à la nourriture des vaches, le producteur pourrait ne pas être payé pour son gain de gras de 0,5%. 

« Les producteurs non utilisateurs sont fâchés que cela vienne entacher notre réputation pour une minorité, qui l’utilise et qui peut facilement adapter l’alimentation pour s'en passer », a-t-il poursuivi. 

Quant à savoir si la fameuse huile de palme vient gâcher ou non la qualité des produits, Michel Brien a sa petite idée. « C’est possible que ça puisse changer la composition du beurre ou du fromage », a-t-il laissé tomber.

Rappelons que lundi, après la publication d’un article du Journal, le ministre de l’Agriculture du gouvernement Legault avait dit ne pas être au courant que certaines vaches laitières québécoises sont nourries à l’huile de palme.

«Nous avons appris ce matin l’existence d’une telle pratique chez les producteurs laitiers», avait déclaré André Lamontagne par la bouche de son attachée Laurence Voyzelle. 

«Nous sommes à l’affût des interrogations que cela peut susciter, particulièrement chez les consommateurs», avait souligné son cabinet.

«Nous analysons et suivons la situation de près», avait-il conclu.

- Avec la collaboration de Jean-Michel Genois Gagnon