/news/coronavirus
Navigation

Variants de la COVID-19: risques de flambées, mais un espoir pour les hospitalisations

Coup d'oeil sur cet article

L’arrivée de variants de la COVID-19 pourrait causer une nouvelle augmentation des infections, mais la campagne de vaccination en cours devrait atténuer le nombre d’hospitalisations et de décès, démontrent des modélisations de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). 

• À lire aussi: COVID-19: 800 nouveaux cas et 14 décès de plus au Québec

• À lire aussi: COVID-19: au tour des entreprises de pouvoir utiliser les tests rapides de dépistage

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

Ainsi, la propagation d’une mutation plus contagieuse du virus ne signifie pas nécessairement une hausse fulgurante des hospitalisations. « Nous pensons que nous ne devrions pas revenir à des situations comme nous avons vu dans la première vague ou même plus récemment avant Noël ou autour de Noël », a commenté Jocelyne Sauvé, vice-présidente associée aux affaires scientifiques à l’INSPQ, lors d’une présentation hier sur l’évolution de la COVID-19 dans le grand Montréal. 

Photo courtoisie

Les principales modélisations de l’Institut démontrent qu’une importation faible des variants (entre 25 et 70 d’une mutation plus contagieuse), avec une adhésion moyenne aux mesures sanitaires, entraînerait une hausse des hospitalisations moins élevée qu’à l’automne dernier.   

  • Écoutez l'entrevue de Jocelyne Sauvé, médecin spécialiste et VP associé aux affaires scientifiques à l’institut national de santé publique du Québec, avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Si la vaccination réussit à protéger les personnes âgées dans les résidences, la propagation des variants risque de se faire chez les Québécois plus jeunes, moins à risque de développer des complications, a résumé Marc Brisson, collaborateur à l’INSPQ et professeur titulaire à l’Université Laval. 

Le scénario d’une importation forte (entre 70 et 215 cas) fait bien sûr grimper les indicateurs. 

Difficile, pour le moment, de savoir où le Québec se situe : 16 cas ont été confirmés, mais 135 sont toujours en attente d’un test. 

2000 cas par jour

Dans les deux scénarios d’une importation faible ou forte des nouveaux variants, le nombre de nouvelles infections devrait osciller autour de 2000 par jour dans le grand Montréal à la mi-mars, avec une hausse prononcée en avril dans le scénario le plus pessimiste. Le variant britannique de la COVID-19 risque d’ailleurs d’être « prédominant » au Québec d’ici la mi-mars, estime M. Brisson. 

Mais les nouvelles hospitalisations, elles, se maintiennent autour de 50 dans les deux cas de figure, pour grimper à près d’une centaine en avril si plusieurs variants circulent. 

Le nombre de décès, lui, devrait tourner autour de 10 quotidiennement. 

  • Écoutez le virologue de Benoît Barbeau à propos de l’utilisation des tests rapides et la semaine de relâche  

Ces conclusions sont tirées de la courbe médiane des modélisations de l’INSPQ, qui présente également plusieurs autres scénarios optimistes et pessimistes. 

Dans tous les cas, les modélisations de l’INSPQ démontrent qu’un respect strict des mesures sanitaires réduit de façon importante la propagation du virus. 

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres