/news/consumer
Navigation

La consommation d’antidépresseurs en augmentation en 2020

Coup d'oeil sur cet article

Une hausse généralisée de la consommation d’antidépresseurs a été constatée par l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP) au cours de l’année écoulée, un phénomène qui serait en partie attribuable à la pandémie de COVID-19.

Les résultats de l’étude dévoilée jeudi ont révélé que l’utilisation d’antidépresseurs a été particulièrement importante chez deux groupes de la population québécoise, à savoir les 18-34 ans (+9,5%) et les 65-84 ans (+8,2%).

Le nombre de nouveaux utilisateurs de ces médicaments a également connu une hausse considérable chez les personnes de plus de 85 ans (+8,8%) et dans le groupe des 65-84 ans (+7,6%). Un afflux qui a été constaté à partir du mois d’août 2020 dans la province.

Une observation qui vient alors confirmer un lien entre l’apparition de la crise sanitaire au Québec et la recrudescence de la consommation d’antidépresseurs pour des problématiques de santé mentale, a indiqué l’AQPP.

Après une baisse importante de leur consommation lors du premier confinement au printemps 2020, l’association a remarqué une tendance en hausse au cours des derniers mois de l’année, lorsque de nouvelles mesures sanitaires plus restrictives ont été mises en place.

La consommation d’antidépresseurs a d’ailleurs augmenté de 10% en décembre dernier par rapport à 2019. Une croissance qui s’est surtout intensifiée chez les Québécois de moins 34 ans lors du dernier trimestre de 2020.

La dépression est au premier rang des maladies chroniques qui affectent l’espérance de vie des Québécois, devant le diabète, l’hypertension ou encore l’obésité.