/entertainment/movies
Navigation

Une aide insuffisante, selon Vincent Guzzo

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre François Legault a tenté jeudi de mettre fin au « Popcorngate » en annonçant que les cinémas auront droit à une aide financière pour compenser la perte de revenus engendrée par l’interdiction de vendre du popcorn dans leurs établissements.

• À lire aussi: Vente de nourriture interdite: Québec va compenser financièrement les cinémas

• À lire aussi: Compensation pour les cinémas: «Il détient la vérité, Vincent Guzzo!»

• À lire aussi: La guerre du popcorn éclate

Mais cette offre de compensation a laissé certains exploitants de salles sur leur faim.

« À l’heure où on se parle, ma position ne change pas par rapport à hier [mercredi]. Je n’ouvre pas mes cinémas le 26 février parce qu’il n’y a actuellement aucune offre logique et viable du gouvernement qui est sur la table », a tranché jeudi après-midi Vincent Guzzo. 

L’Association des propriétaires de cinémas du Québec (APCQ) s’est montrée plus prudente, disant ne pas vouloir émettre de commentaires « puisque les détails de cette compensation restent à confirmer avec le gouvernement et à discuter avec ses membres ».

« Néanmoins, les discussions avec le gouvernement laissent présager une issue positive qui permettrait aux cinémas du Québec de rouvrir le 26 février », a ajouté l’APCQ dans un courriel envoyé au Journal jeudi.

Écoutez La rencontre Dutrizac-Dumont sur QUB radio:

Sous le couvert de l’anonymat, plusieurs propriétaires de cinémas ont confié au Journal attendre d’obtenir plus d’informations sur les modalités de l’aide financière avant de décider s’ils allaient ouvrir ou non la semaine prochaine.  

« Un cadeau réemballé »

Quelques minutes avant que François Legault annonce qu’il allait indemniser les exploitants de salles pour les pertes de popcorn, le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, avait indiqué sur Twitter que les cinémas pourraient toujours se prévaloir de l’AERAM, un programme qui prévoit un prêt pardonnable maximal de 15 000 $ pour les entreprises fermées pendant 90 jours ou moins au moment de la reprise de leurs activités. 

« Merci à Monsieur Legault pour ce beau cadeau réemballé, mais dans les faits, ce 15 000 $ est un montant auquel on avait déjà accès avant l’histoire du popcorn », a tenu à rappeler Vincent Guzzo. 

Soulignons que contrairement aux établissements situés en zone rouge, les cinémas des régions en zone orange pourront opérer leurs comptoirs alimentaires dès leur réouverture, le 26 février. Selon l’APCQ, la vente de popcorn et de nourriture représente de 50 % à 80 % des revenus des cinémas. 

  • Écoutez la chronique de Caroline St-Hilaire à l’émission de Pierre Nantel sur QUB radio: