/sports/opinion/columnists
Navigation

Au moins, un beau chandail

FBL-CONCACAF-SAPRISSA-MONTREAL
Photo d'archives, AFP La perte de Thierry Henry sera immense pour le FC Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Un beau chandail et Thierry Henry dans la même phrase, il n’y a qu’avec l’Impact... oups, le CF Montréal, que ça peut devenir important.

Notre équipe de foot que j’adore présidée par Kevin Gilmore, un homme que je respecte grandement et que j’apprécie, traverse des mois chaotiques. Et j’aurais sans doute été mieux d’employer le mot « catastrophiques ».

Le changement de nom n’a pas été réussi. On ne jette pas aux ordures 25 ans d’histoire avec l’Impact sans payer un gros prix. 

Mais au moins, le nouveau chandail du CF a de la gueule. Il est moderne et a de la classe à revendre. Une fois que les fans vont être défâchés, je suis convaincu que le chandail noir du CF Montréal va devenir une saveur du jour.

J’ai grincé des dents en voyant que l’écusson de l’équipe était remplacé par le logo de la Banque de Montréal mais je me dis qu’au football international, ça fait belle lurette que les commanditaires occupent la place d’honneur sur les maillots. Et puis, le « M » de la Banque s’harmonise bien avec le « M » de CF Montréal. 

Je sais que les fans sont furieux... mais honnêtement, le nouveau chandail a beaucoup de classe. Même si je n’ai pas de compte à la Banque de Montréal...

HENRY EST SANS DOUTE PARTI

Le dossier de Thierry Henry est infiniment plus important. Je m’attends à ce que sa nomination à l’AFC Bournemouth, dans la deuxième division britannique, soit confirmée la semaine prochaine.

C’est une perte immense. Mais comment blâmer Thierry Henry ? Il a accepté de venir diriger l’Impact parce que la MLS était un défi intéressant mais surtout parce qu’il vivrait à Montréal, une ville encore francophone pour quelques années. 

Puis, la pandémie est arrivée. La famille d’Henry est restée en Angleterre et Thierry s’est retrouvé dans un hôtel dans le New Jersey ou en Floride. Loin des siens et loin de la ville qu’il avait choisie.

Vous voyez comment les choses se passent ? Pensez-vous que Thierry Henry ne sait pas qu’il va se retrouver dans un motel sur la route pour une partie de l’été ?

Il est assez intelligent pour saisir que la vaccination au Québec est un échec lamentable et que le CF Montréal va avoir le temps de se faire sortir des éliminatoires avant que les frontières ne soient ouvertes. 

BOURNEMOUTH : JOLIE VILLE

Entre un motel aux States et un cottage à Bournemouth, je serais le premier à choisir la campagne anglaise. Une belle ville de moins de 200 000 habitants, dans la partie la plus chaude et la plus tempérée de l’Angleterre, à deux heures de Londres, une capitale fascinante. Mme Henry va y être très heureuse. Et Thierry aussi.

Et puis, Thierry Henry ne sera pas obligé de passer trois nuits dans un Ramada Inn à « caller » du Uber Eats et à compléter sa quarantaine avant de rencontrer ses joueurs.

Mais alors, comment Kevin Gilmore et Olivier Renard vont-ils réagir ? Le camp d’entraînement commence dans trois ou quatre semaines. Le nouveau coach va déjà se taper une quarantaine avant de commencer à travailler. Olivier Brett et Jeremy Filosa n’étant pas disponibles, va sans doute falloir que l’organisation trouve à l’interne le candidat sauveur. 

Misère de misère... quand tout se met à aller mal.

Et si par miracle Thierry Henry décide de refuser l’offre de Bournemouth, va falloir aller monter les marches de l’Oratoire à genoux. Ça voudra dire que le p’tit Jésus aime vraiment son équipe de soccer.