/news/society
Navigation

Accès difficile à internet : une épicerie offre son Wi-Fi à tout le village

Accès difficile à internet : une épicerie offre son Wi-Fi à tout le village
Andréanne Lemire/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

À toute heure du jour et de la nuit, des citoyens de Saint-Mathieu-du-Parc, près de Shawinigan, venaient se stationner à proximité de la petite épicerie A. Langlois pour bénéficier de son Wi-Fi.

• À lire aussi: L’internet encore inaccessible à l’ère du télétravail

« Des fois, il y en a tellement qui l’utilisent que l’internet est surchargé et débarque », souligne en riant le copropriétaire, Denis Samson.  

Avant que Québec n’impose un couvre-feu, c’était « le jour, le soir, la nuit » que les villageois venaient. Dorénavant, ils le font avant 20 h.

Dès qu’on s’éloigne de la rue principale dans cette municipalité de moins de 1500 habitants, les problèmes de connexion sont fréquents. 

Les résidents viennent souvent à l’épicerie de M. Samson pour leurs courriels ou encore pour les études ou des réunions de télétravail. Tout le monde connaît son code, selon lui. 

Avant, il y avait une table avec accès Wi-Fi dans l’épicerie pour rendre service aux clients, mais ce n’est plus possible depuis le début de la pandémie. Les gens utilisent donc le service à partir de leurs voitures. 

Entraide

« La plupart des gens qui l’utilisent sont nos clients fidèles. Ça me fait plaisir de le donner. Rendu là, ce n’est pas une question d’argent », assure-t-il.  

Guy Cloutier, professeur à l’Université de Montréal et directeur de laboratoire au CHUM, en a profité pendant tout l’été.  

Il s’était installé dans son chalet en mars pour le télétravail. Jusqu’à tout récemment, il se rendait au dépanneur deux ou trois fois par jour pour prendre ses courriels, trois kilomètres pour l’aller, trois autres pour le retour.  

À une autre époque, pas si lointaine, il profitait du service directement dans l’épicerie, sur la table installée devant un réfrigérateur à bière.  

« Ça faisait bien rire mes collègues », dit-il.  

Le chalet de Guy Cloutier a finalement été branché à la haute vitesse en janvier.  

L'espoir pour les résidents

« C’est le bonheur total », a-t-il écrit peu après dans un courriel, remerciant Maskicom d’avoir honoré sa promesse. 

Maskicom est un organisme sans but lucratif mis en place par des municipalités de la MRC de Maskinongé pour assurer un service internet haute vitesse aux secteurs de la région non desservis par les grands fournisseurs.