/finance/news
Navigation

C’est possible de réduire son endettement

Un nouveau livre vient de paraître aux Éditions du Journal sous la plume de la chroniqueuse Emmanuelle Gril

Emmanuelle Gril
Photo Le Journal Emmanuelle Gril, auteure du nouveau livre 99 trucs pour réduire l’endettement, paru aux Éditions du Journal.

Coup d'oeil sur cet article

Certains Québécois ont dû se contenter d’un salaire moindre depuis presque un an en raison de la pandémie. Avec la fin graduelle des aides de l’État, plusieurs personnes ont recours à l’endettement. Emmanuelle Gril, chroniqueuse en finances personnelles au Journal, vient de lancer son livre 99 trucs pour réduire l’endettement. Elle fournit une foule de conseils pour mieux gérer ses dettes et avoir une vie financière saine. Elle a répondu à nos questions à la sortie du livre. 

• À lire aussi: Des mesures à mettre en pratique maintenant

Pourquoi avoir voulu écrire un autre livre sur l’endettement ?

Depuis quatre ans, j’écris toutes les semaines des chroniques dans Le Journal de Montréal sur des gens qui ont de grandes difficultés financières. Des cas qui me sont soumis par des syndics de faillite. Au bout d’un moment, je me suis rendu compte que c’est toujours un peu le même schéma qui revient. J’ai eu envie de creuser la question et montrer qu’il y a des solutions pour prévenir le surendettement et rétablir sa situation financière.

Quel comportement les personnes endettées ont-elles en commun ?

L’endettement est un sujet tabou. Parce qu’ils ont honte de parler de leurs difficultés financières, les gens tardent à consulter. Ils se débrouillent tout seuls et ne posent pas toujours les bons gestes. Au lieu de s’en sortir, ils s’enfoncent. Quand ils décident d’agir, ils sont obligés de prendre des décisions extrêmes, comme la faillite. Or, plus vite on consulte un expert, que ce soit un banquier, un conseiller financier ou un syndic, plus on a accès à un éventail de solutions. Certains organismes comme les ACEF, présents dans toutes les régions du Québec, peuvent aussi aider à remettre nos finances en ordre. 

Diverses situations peuvent conduire vers le surendettement. Comme vous le mentionnez dans votre livre, personne n’est vraiment à l’abri, même ceux qui estiment avoir un bon salaire.

L’accès au crédit est facile de nos jours. Même si dans bien des circonstances, c’est un outil qui peut se révéler utile, il est aussi facile de tomber dans l’implacable spirale de l’endettement en accumulant des soldes sur les cartes de crédit. Ces dernières années, une nouvelle forme d’endettement est apparue avec les marges de crédit et les marges hypothécaires. Bien des gens ne font que le paiement mensuel requis qui ne couvre que les intérêts. Aucun montant n’est versé sur le capital, ce qui à long terme mène à l’endettement chronique.

Par où commencer quand les dettes atteignent un niveau critique ?

La première étape, c’est de faire un budget. C’est l’outil qui permet d’y voir plus clair et de prendre les décisions qui s’imposent. Ce qui est important de savoir, c’est qu’il y a des solutions – au moins 99 solutions ! Il est tout à fait possible de retrouver une santé financière.

Pourquoi publier ce livre maintenant, alors que le taux d’épargne est en hausse en pleine pandémie ?

Il est vrai que, par la force des choses, les ménages épargnent davantage dans le contexte de la COVID-19. Ils économisent plusieurs frais, dont le transport, l’achat de vêtements, les sorties. D’autres ont reçu une aide gouvernementale, ont pu bénéficier de report de paiement de leur hypothèque ou du solde de leur carte de crédit. Actuellement, on est sous respirateur artificiel. Les créanciers vont éventuellement vouloir récupérer les sommes dues. Il faut donc s’attendre à ce qu’on revienne à un taux d’endettement élevé. Au premier trimestre de 2020, il était de près de 177 %, ce qui signifie que la dette des ménages représente 177 % de leur revenu disponible. Plus concrètement, cela veut dire que pour chaque dollar de revenu net gagné, ils sont déjà endettés de 1,77 $.