/finance/opinion/columnists
Navigation

La pire année depuis 2014 chez Hydro

Hydro-Québec
Photo d'archives, Chantal Poirier La pandémie a fait très mal à Hydro-Québec en 2020. Le bénéfice a baissé de 620 M$ par rapport à 2019. Il avait déjà enregistré un recul entre 2018 et 2019.

Coup d'oeil sur cet article

En 2020, année marquée par la pandémie de COVID-19, Hydro-Québec a versé au gouvernement Legault 800 millions de dollars de moins en dividende qu’en 2014. 

Hydro-Québec vient de connaître sa pire année depuis 2014, année de transition où les libéraux de Philippe Couillard ont remplacé les péquistes de Pauline Marois à la tête du Québec.

Cette année-là, Hydro-Québec avait déclaré un bénéfice net de 3,33 milliards de dollars, à comparer à seulement 2,3 milliards de dollars en 2020.

Comment peut-on expliquer une telle baisse de bénéfice de 1 milliard de dollars, soit de 45 % ?

C’est d’autant étonnant, cette forte baisse du bénéfice net, que les ventes totales d’électricité en 2020 étaient quand même supérieures à celles enregistrées en 2014, et ce, en volume de GWh (gigawatt) et en revenus bruts. 

  • Écoutez la chronique économique de Michel Girard sur QUB radio:

BAISSE D’UN MILLIARD $

La chute de 1 milliard de dollars du bénéfice net d’Hydro-Québec entre 2014 et 2020 est attribuable en grande partie à une augmentation appréciable des charges financières (exploitation, achats d’électricité, amortissement, etc.), soit une hausse de 786 millions $ (près de 10 %) ; et également à une hausse des frais financiers de 178 millions de dollars (+ 7,3 %).

En un mot, ce sont les frais d’exploitation qui ont grugé le profit d’Hydro-Québec en 2020. 

Bien entendu, la chute du bénéfice a un impact direct sur le dividende que la société d’État doit verser annuellement dans les coffres du gouvernement du Québec, lequel dividende équivaut à près de 75 % du bénéfice net.

En 2014, Hydro-Québec avait versé au gouvernement un dividende de 2,54 milliards de dollars et, en 2020, elle doit limiter son dividende à seulement 1,73 milliard de dollars. Par rapport à 2014, l’État québécois doit composer en 2020 avec une baisse du dividende d’Hydro-Québec de 808 millions de dollars.

DEPUIS L’ARRIVÉE DE LEGAULT

Lors de la dernière année de pouvoir du gouvernement Couillard, de janvier à octobre 2018, Hydro avait rapporté un bénéfice net de 3,19 milliards $.

Sous le règne de François Legault, Hydro-Québec a enfilé deux reculs de suite, le bénéfice net reculant à 2,92 milliards $ en 2019 et à seulement 2,3 milliards $ en 2020.

Ce n’est évidemment pas de la faute au gouvernement Legault si Hydro affiche de moins bons résultats financiers depuis l’arrivée au pouvoir des caquistes. 

À LA DURE...

Entrée en poste en avril 2020, force est d’admettre que Sophie Brochu, la nouvelle PDG d’Hydro-Québec, ne l’a pas eu facile depuis sa nomination à la tête de la plus grande société d’État du gouvernement du Québec. 

On ne peut certes pas la blâmer pour la forte chute de la rentabilité d’Hydro-Québec en 2020, le bénéfice ayant baissé de 620 millions $ par rapport à l’année 2019 sous son prédécesseur Éric Martel. Il s’agit d’une chute de 21 %.

Sophie Brochu est arrivée chez Hydro au moment même où le Québec était paralysé à cause du premier confinement décrété en mars dernier pour combattre la COVID-19.

Selon elle, si l’année 2020 a été si difficile, c’est principalement à cause de l’incidence de la pandémie de COVID-19 sur les activités de l’entreprise et des températures douces de 2020.

« Sans surprise, dit-elle, la crise sanitaire et le ralentissement de l’économie ont pesé sur nos résultats. »

Elle explique la chute du bénéfice par une baisse des ventes totales (- 427 millions $) à cause de la pandémie et des températures plus chaudes, une hausse des provisions pour pertes (+ 71 millions $), l’augmentation de 173 millions du coût du régime de retraite des employés et la baisse des exportations hors Québec.

L’année 2020 étant maintenant derrière nous, Sophie Brochu se montre passablement optimiste en vue des futurs résultats de l’année 2021. Elle anticipe une hausse du bénéfice net de 400 millions $ à 2,7 milliards $.

Ce qui serait tout de même inférieur aux bénéfices nets déclarés dans les années allant de 2013 à 2019. 

Évolution des résultats financiers  

2020
en M$
2018
en M$
2014
en M$
2020/2014 
Écart en M$
Revenus bruts 13 594 14 370 13 652 - 58
Charges (8688) (8466) (7902) 786
Frais financiers (2603) (2712) (2425) 178
Bénéfice net230331923325- 1022
Dividende versé à Québec172723942535- 808


Progression des ventes d’électricité  


2020
en M$
2018
en M$
2014
en M$
2020/2014
Écart en M$
Au Québec 11 929 12 134 11 516 + 413
Canada / États-Unis 1395 1731 1629 - 234
Total 13 324 13 865 13 145 +179