/weekend
Navigation

50 ans de The Yes Album: l'opus qui a tout changé

Groupe Yes
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Après deux albums qui sont passés inaperçus, Atlantic Records était sur le point de larguer la formation Yes. Les Britanniques ont profité d’une dernière chance et de l’arrivée du guitariste Steve Howe pour s’établir comme une formation phare du mouvement rock-progressif.

Après les albums Yes et Time and a Word, lancés en 1969 et 1970, la formation constituée de Jon Anderson, Bill Bruford, Steve Howe, Tony Kaye et Chris Squire a fait taire tous ceux qui doutaient du futur du groupe.

Yes a vendu 35 millions d’albums en carrière et il a fait son entrée, en 2017, au Temple de la renommée du Rock’n’Roll.

Lancé le 19 février 1971, The Yes Album fête son 50e anniversaire. L’opus qui contient six chansons et qui totalise 46 minutes de musique a grimpé jusqu’en 4e position du palmarès britannique. Il a atteint le 40e rang aux États-Unis et la 46e place au Canada.

The Yes Album contient plusieurs pièces importantes du répertoire de la formation britannique. Les Yours Is No Disgrace, Clap, Starship Trooper, I’ve Seen All Good People et Perpetual Change. Des pièces que la formation qui a vu le jour à Londres, en 1968, joue toujours en spectacle.

Ce disque est le point de départ de compositions plus complexes et aventureuses qui deviendront la signature de la formation britannique.

The Yes Album coïncide avec l’arrivée du guitariste Steve Howe et de son style non conventionnel. Le musicien, qui a remplacé Peter Banks, sera un des éléments importants dans ce nouveau Yes. Il contribuera à l’écriture de Yours Is No Disgrace, Clap et Starship Trooper.

Un disque où l’on retrouve aussi les harmonies vocales d’Anderson, Howe et Squire, une rythmique développée par le bassiste Chris Squire et le batteur Bill Bruford. Il s’agissait aussi d’un premier disque constitué de chansons originales.

Confiance élevée

Après un arrêt dans une maison de campagne à Churchill, en Angleterre, pour écrire et répéter le nouveau matériel, Yes s’installe dans une ferme dans le village de Romansleigh. Un changement d’endroit obligé parce que le groupe n’avait pas le droit de faire du bruit dans la maison de campagne après l’arrivée de la noirceur. Steve Howe a tellement aimé l’endroit qu’il a acheté la ferme et qu’il y réside toujours. 

The Yes Album a été enregistré à l’automne 1971 aux Studios Advision à Londres sous la direction du réalisateur Eddie Offord qui avait travaillé comme ingénieur de son sur l’album Time and a Word. Ce qui sera le début d’une longue collaboration jusqu’à l’album Relayer. Offord avait travaillé sur le premier disque d’Emerson Lake & Palmer.

Tous les titres ont été enregistrés en studio sauf la pièce Clap, de Steve Howe, qui a été captée lors d’un concert de Yes, le 17 juillet 1970, au Lyceum Theatre à Londres. Le guitariste avait écrit cette chanson pour célébrer la naissance de son fils Dylan. Yes avait effectué une série de concerts avant d’entrer en studio afin que Steve Howe puisse se familiariser avec la formation.

« C’était, pour moi, comme joindre un orchestre où tous les musiciens sont à un haut niveau. On sentait que la confiance était présente et que nous étions en train de faire quelque chose de frais et d’ambitieux. On savait que ce qu’on faisait était de la qualité et nous étions convaincus que les gens étaient pour acheter notre disque, parce qu’on était trop bons », a indiqué Steve Howe dans une entrevue avec le site spécialisé MusicRadar en 2012.

Dans le plâtre

Sur la pochette, le claviériste Tony Kaye a un pied dans le plâtre. Le musicien s’était fracturé le pied lors d’un accident de voiture que le groupe a eu en revenant d’un concert. 

Après la parution de l’album, Yes s’est produit en première partie de la formation Iron Butterfly en Europe et le groupe a donné son premier concert au Canada le 24 juin 1971 lors d’une tournée avec Jethro Tull.

Tony Kaye sera ensuite remplacé par Rick Wakeman qui avait impressionné Steve Howe et Chris Squire, lors d’un concert. 

Kaye, qui reviendra avec Yes en 1983 avec l’album 90125, n’était pas intéressé par les claviers électroniques et le mellotron. Il préférait le piano et l’orgue Hammond. L’album Fragile, lancé neuf mois plus tard avec Wakeman, allait consacrer la formation avec le succès Roundabout

Pochette de l'album <em>The Yes Album</em> de la formation britannique Yes.
Photo courtoisie
Pochette de l'album The Yes Album de la formation britannique Yes.